Entretien avec Françoise LABORDE, Membre du CSA

563

media+
Rappelez-nous les objectifs de la nouvelle campagne d’information sur la protection du jeune public dans les médias audiovisuels ?
Françoise LABORDE
L’idée est d’expliquer aux enfants et aux parents qu’il existe – par le biais d’une signalétique – des programmes télévisés qui ne sont pas adaptés aux jeunes téléspectateurs. La nouvelle campagne de sensibilisation a pour objectif d’inciter les jeunes à adopter une distance critique face aux écrans. De leur côté, les parents doivent avoir une attitude responsable en utilisant – entre autres – les différents outils de contrôle mis à leur disposition. «Soyons tous responsables face aux écrans», tel est le slogan de cette campagne 2011 dans laquelle nous avons mis en avant la multiplicité des écrans (TV, ordinateur, smartphone…) afin de montrer que les sollicitations audiovisuelles sont nombreuses auprès des enfants.
media+
Promouvoir la pédagogie de la signalétique jeunesse a-t-elle un impact sur les téléspectateurs ?
Françoise LABORDE
Cela a forcément un impact ! Nous avons essayé cette année de mettre l’accent sur l’humour et la drôlerie pour l’un des spots afin de faire passer le message. Le premier film met en scène une marionnette en peluche qui va permettre aux enfants de se projeter davantage dans les situations décrites. La marionnette donne évidemment des conseils sur les bons usages à adopter. Je tiens à saluer la créativité des jeunes réalisateurs du projet (Mathieu Wothke et Corentin Lecourt) qui nous ont offert deux spots magnifiques.
media+
A quelle date démarrera la diffusion de la campagne de prévention ?
Françoise LABORDE
La diffusion de cette nouvelle campagne débutera le 20 novembre (qui est le jour anniversaire de la convention internationale du droit de l’enfant), jusqu’à la fin du mois de décembre. Même si nous recommandons aux chaînes de diffuser les spots le plus souvent possible, et à des heures de grande écoute, ce sont toutefois les diffuseurs qui décident de retransmettre les spots.
media+
Des mesures ont été mises en place afin de protéger le jeune public des émissions de téléréalité. Pour quelle raisons ?
Françoise LABORDE
Nous considérons que le jeune public est particulièrement friand des émissions de téléréalité. En l’occurrence, ils sont beaucoup plus exposés aux dérives de ce genre de programmes. Il ne faut pas oublier que la téléréalité, ce n’est pas la télévision du réel.