France Télévisions: Carolis en désaccord avec Copé sur France 3

    218

    Le président du groupe France Télévisions Patrick de Carolis a fait état lundi de son désaccord avec les propositions de la commission Copé concernant l’avenir de France 3 et réclamé des moyens supplémentaires. Patrick de Carolis, qui a rencontré lundi Jean-François Copé, le président de la commission chargée de réfléchir à l’avenir de la télévision publique, s’est «clairement démarqué de la proposition visant à transformer France 3 en sept antennes régionales», indique un communiqué de France Télévisions. Selon M. de Carolis, «il est préférable de s’appuyer sur la force du réseau de France 3 pour développer une télévision faisant une large place à l’information, aux services et au sport, et ce sur tous les supports de diffusion, tout en maintenant une antenne nationale France 3 à part entière», ajoute France Télévisions. Lors de cette rencontre avec la commission Copé, Patrick de Carolis a réaffirmé «son souhait d’un mode de financement pérenne, directement affecté à France Télévisions, indépendant et dynamique». «Il demande que France Télévisions soit doté de moyens financiers supplémentaires visant à assurer sa compétitivité et son développement», ajoute le communiqué. Lors de la réunion plénière du 11 juin, la commission avait proposé une réorganisation de France 3, en réduisant le nombre d’entités régionales à sept contre treize actuellement. «Au lieu d’une chaîne nationale et de décrochages régionaux, on propose un réseau de chaînes régionales et un décrochage national», avait déclaré Jean-François Copé. Dans un autre communiqué, la commission Copé qualifie de «très utile» l’audition de Patrick de Carolis, «qui a notamment permis d’apporter un éclairage très pertinent sur la question de France 3». Mais la commission «regrette profondément que l’intersyndicale n?ait pas saisi l’opportunité du dialogue qui lui était proposé dans le seul intérêt de l’entreprise et des salariés».