Frédéric Olivennes, directeur général de Radio classique

    298

    Directeur général de Radio Classique depuis 2005, radio du groupe LVMH, Frédéric Olivennes s’est fixé pour objectif d’augmenter l’audience de la station. Un pari en bonne voie…

    média+ : Vous occupez le poste de directeur général depuis 2005. Comment s’est passé cette prise de fonctions?

    Frédéric Olivennes : Je suis arrivé dans la perspective d’évolution de la station pour augmenter l’audience ainsi que les recettes. Il y avait réellement moyen d’en faire un projet moderne. C’était un véritable enjeu pour moi, c’est ce qui m’a motivé. J’ai toujours fait ça au travers de mes postes occupés précédemment.

    média+ : Quel est aujourd’hui le créneau de Radio classique?

    Frédéric Olivennes : C’est une radio où l’information est très présente. Mon souhait était de développer un état d’esprit contemporain à travers la diffusion de morceaux courts qui peuvent aussi bien s’adresser aux néophites qu’aux amateurs de musique classique, et adapté à la vie active. Nous laissons également une large place aux musiques de film, nous sommes d’ailleurs en partenariat avec le festival de Cannes mais également avec des manifestations contemporaines telles que le Palais de Tokyo .

    média+ : Vous venez de lancer une nouvelle opération marketing pour les fêtes de fin d’année. En quoi consiste-t-elle ?

    Frédéric Olivennes : Nous avons mis en place sur Paris trois bus gratuits allant du boulevard Haussman au Bonmarché afin de permettre aux gens de faire leurs courses de Noël. Trajet au cours duquel ils peuvent écouter de la musique classique. Cette opération évènementielle de fin d’année a pour but de symboliser cette proximité avec l’auditeur.

    média+ : Envisagez-vous de réitérer des opérations de ce type?

    Frédéric Olivennes : Oui! Et nous allons également reconduire, au deuxième trimestre 2007 la tournée en province qui consistera à installer sur les places principales de grandes villes des espaces de détente classiques avec playlist et concerts.

    média+ : Le but de ce genre d’opération est d’augmenter l’audience. Ont-elles un coût élevé ?

    Frédéric Olivennes : L’investissement de ces opérations est faible par rapport à l’impact qu’elles ont. L’audience de la radio a augmenté, ainsi que les recettes, qui, elles, ont augmenté de plus de 50% pour 2006. Les charges ont quant à elles baissé et nous devrions atteindre l’équilibre en 2008.

    média+ : Vous avez notamment fait appel à Claire Chazal et Carole Bouquet pour animer de nouvelles émissions. Pourquoi ce choix?

    Frédéric Olivennes : Nous avons besoin de nous faire connaître. Ces femmes représentent à la fois l’élégance, la qualité et la popularité. D’autres animateurs tels que Jean-Luc Hees, reflètent également l’exigence de notre station qu’est l’accessibilité au plus grand nombre.

    média+ : Quels sont vos projets pour 2007?

    Frédéric Olivennes : Entre janvier et mai, nous allons surfer sur les élections présidentielles avec une belle opération autour de la musique classique, mais dont je ne peux encore pas vous parler.