GMTV à son tour accusée d’avoir manipulé un de ses jeux télévisés

    180

    La chaîne de télévision britannique GMTV était à son tour accusée lundi d’avoir manipulé l’un de ses jeux, en encourageant le public à continuer à passer des appels téléphoniques après avoir sélectionné une liste de vainqueurs potentiels. Selon l’émission d’investigation «BBC Panorama», programmée lundi soir, cette liste était établie «bien avant» la fermeture des lignes téléphoniques, et GMTV a reçu quotidiennement des dizaines de milliers d’appels ou de SMS pour ce jeu, ces quatre dernières années. Panorama a affirmé que le public dépensait jusqu’à 45 000 livres (66 000 euros) par jour ou 10 millions de livres (14,7 millions d’euros) par an dans
    ce jeu matinal. GMTV a rejeté la responsabilité sur son fournisseur en télécommunications en assurant «ne rien savoir» des apparentes irrégularités commises et s’est déclarée «choquée par ces accusations». Cette affaire n’est pas la première à toucher le monde de la télévision britannique. Début mars, la chaîne Channel Five avait admis des irrégularités dans les appels passés pour son jeu «Brainteaser» (énigme), qu’elle a suspendu. La chaîne BBC One a reconnu des problèmes avec son émission hebdomadaire «Saturday Kitchen», où des chefs sont invités pour montrer leurs recettes: le 10 février des téléspectateurs ont été invités à appeler pour participer à une émission qui avait déjà été enregistrée. La chaîne ITV, qui diffuse X-Factor, une émission censée dénicher les futurs stars de la chanson, aurait facturé 200 000 livres (294 700 euros) de trop à ses téléspectateurs. Enfin, les arnaques de l’émission de Richard et Judy, un couple modèle qui anime depuis de nombreuses années un talk-show sur l’art de vivre sur Channel Four, ont aussi fait couler beaucoup d’encre. Le couple a dû interrompre son quizz «You Say We Pay» après que le journal populaire à grand tirage Mail on Sunday eut révélé que les appels du public continuaient à être encouragés alors qu’un candidat avait déjà été sélectionné. Après ces révélations, les patrons des grandes chaînes, convoqués par le régulateur des appels téléphoniques Ictis, avaient dû accepter de nouvelles règles, dont une surveillance systématique et des audits indépendants réguliers. L’Ictis n’a pas exclu de possibles poursuites judiciaires si les faits étaient avérés. Les chaînes ont multiplié les excuses publiques et promis de rembourser les téléspectateurs floués.