Grèce : les principaux accusés du procès Siemens condamnés à 15 ans de prison

1388

Un tribunal grec a condamné lundi en appel à 15 ans de prison les principaux accusés dans une affaire de corruption impliquant le géant industriel allemand Siemens et la compagnie de téléphonie publique grecque OTE, selon une source judiciaire. Siemens, dont les liens économiques avec la Grèce remontent au XIXe siècle, était accusé d’avoir versé quelque 70 millions d’euros à différents intermédiaires, y compris au sein du gouvernement grec, pour obtenir un juteux marché public pour la modernisation du réseau téléphonique en Grèce à la fin des années 1990. Parmi les personnes condamnées à 15 ans de prison pour blanchiment d’argent figurent l’ancien patron de Siemens en Grèce, Michalis Christoforakos, un Germano-Grec qui s’est réfugié en Allemagne en 2009, son adjoint, Christos Karavellas qui a également fui à l’étranger, et d’anciens dirigeants allemands de l’entreprise. Le procès, en appel, intervient quatre ans après l’ouverture d’une première action en justice contre 64 inculpés dont 10 sont morts depuis. Vingt-deux personnes ont été reconnues coupables et 32 des inculpés ont été relaxés, la plupart en raison des délais de prescription, au terme d’une des plus importantes procédures engagées en Grèce pour corruption passive, active et blanchiment d’argent. Une commission parlementaire grecque a estimé en 2011 que les contrats frauduleux avaient coûté à la Grèce au moins deux milliards d’euros. La commission avait mis en cause 15 ministres ou anciens ministres du Pasok et de la Nouvelle Démocratie, les deux partis qui tour à tour avaient gouverné le pays à la fin des années 1990. Deux anciens responsables du Pasok – un ancien conseiller du Premier ministre Costas Simitis, et un ancien ministre – avaient reconnu avoir accepté des pots-de-vin de Siemens. Le premier avait été condamné à une peine de prison avec sursis en 2017, le second a été acquitté mi-novembre.