Groupe Sud Ouest: la dernière entité de S3G mise en liquidation judiciaire

    229

    S3G SA, holding de la filiale de journaux gratuits du Groupe Sud Ouest (GSO) a été placée mercredi dernier en liquidation judiciaire avec poursuite de l’activité jusqu’au 15 décembre par le tribunal de commerce de Bordeaux, a-t-on appris mardi.
    S3G (Société des Gratuits de Guyenne et Gascogne) SA emploie une petite centaine de salariés, dans la comptabilité, un centre d’appels et une activité d’immobilier sur internet. Le tribunal de commerce a renvoyé l’affaire à l’audience du 17 novembre pour examen des offres de reprise, selon le jugement. C’est le dernier bastion à tomber d’un pôle de journaux gratuits de GSO qui employait encore 1.250 personnes en 2007, dans une quinzaine d’entités différentes, mais qui a été victime de la crise. L’imprimerie S3G Print avait ainsi été rachetée par le groupe Riccobono le mois dernier, tandis que S3G Com, qui abrite les journaux de petites annonces généralistes, a été cédé au printemps à l’ancien directeur des ressources humaines du journal «Sud Ouest» puis de GSO, Alain Igorra. Dans ces deux derniers cas, GSO a accompagné les rachats par un versement de deux millions d’euros, somme avancée mardi par les «Echos» et dont Pierre Jeantet, le président du directoire de GSO, a confirmé «le principe et le montant global».