H. FOUQUET (Admo.tv) : «Avec une audience plutôt 25-49 ans, féminine, TMC joue gros sur le créneau de l’Access avec Quotidien»

262

Admo.tv a dévoilé fin avril, une double étude sur la performance TV des principaux programmes TV, sans prendre en compte l’impact récent du Covid19 sur les grilles. Décryptage de certaines émissions avec Héloïse FOUQUET, Lead Media Analyst chez Admo.tv

MEDIA +

Comment cette étude a-t-elle été réalisée ?

HÉLOÏSE FOUQUET

En s’appuyant sur un historique de données reposant sur plus de 4 ans d’analyse de la performance TV. Les média analystes d’Admo.tv ont calculé la part d’annonceurs (Bricks& Mortar ou Pure Player selon l’étude) pour plusieurs programmes phares de la télévison française. Nous avons cherché à être le plus exhaustif possible dans les genres, les day-parts ou encore les types de chaîne. Chacun des programmes choisis l’a en outre été sur une base de plusieurs milliers de spots étudiés, afin d’avoir une masse statistique crédible. Chaque émission est analysée sous le prisme des secteurs les plus représentés dans les tunnels publicitaires associés au programme, ainsi qu’à l’aune d’analyse de différents KPIs TV comparés au reste de la grille de la chaîne.

MEDIA +

Quels sont les résultats de votre étude pour l’émission «Quotidien» ?

HÉLOÏSE FOUQUET

Surfant sur des records d’audience en ce début d’année 2020, «Quotidien» est sans aucun doute la marque phare de TMC. Avec une audience plutôt 25-49 ans, féminine, la chaîne du groupe TF1 joue gros sur le créneau de l’Access, tout comme ses concurrentes de la TNT. Les téléspectateurs sont en effet plus enclins à délaisser les grosses chaînes, contrairement au Prime Time. C’est donc un créneau stratégique, qui combine aussi bien des enjeux de notoriété que de ROI. Une aubaine pour le secteur du tourisme (16% des spots diffusés autour du programme) et l’énergie.

MEDIA +

Qu’en est-il de «TPMP», un concurrent de «Quotidien» ?

HÉLOÏSE FOUQUET

Impossible de parler de «Quotidien» sans parler de «TPMP». L’émission fonctionne particulièrement bien sur les 18-34 ans. Une cible jeune qui est volatile mais qui se concentre sur l’Access, d’où un CPV un peu plus élevé que le reste de la chaîne (+19%). Le secteur finance/assurance n’est pas tout-à-fait adapté à la cible ou au contenu de l’émission qui reste plutôt axé sur du divertissement (-13% par rapport au reste de la grille). En revanche, pour le secteur automobile, le nombre de spots autour de ce programme est supérieur au reste de la grille (+38%). Une explication possible ? Un public plus rural que la moyenne, et donc plus sensible aux questions de mobilité que les urbains/citadins.

MEDIA +

Les résultats du télé-crochet «The Voice» sur TF1 sont-ils positifs ?

HÉLOÏSE FOUQUET

«The Voice», la grande marque télévisuelle de TF1 le samedi soir, est très performante sur les cibles commerciales, (15,4% de pda et 33% auprès des FRDA-50 ans). Les FRDA-50 ont un intérêt particulier pour la distribution en tant que gestionnaires du foyer (+54% de spots autour de l’émission par rapport au reste de la grille). L’affinité entre le programme et la cible permet un bon CPV, alors que c’est un programme diffusé sur une tranche horaire onéreuse.

MEDIA +

«L’amour est dans le pré» est un programme phare de M6. Comment se porte-t-il ?

HÉLOÏSE FOUQUET

En effet, «L’amour est dans le pré» est un programme phare de la chaîne M6, voire du PAF. Résolument tourné vers les cibles commerciales, le programme livre plusieurs enseignements. Tout d’abord, notons qu’il s’agit d’une émission de divertissement liée à la détente. Pas étonnant que ce ne soit pas un contexte très adapté au secteur finances/assurances (-15% par rapport au reste de la grille). En revanche, l’affinité est très bonne entre la cible et le secteur de la distribution (23% des spots diffusés). Les visites/spots sont particulièrement élevées (+150%) du fait de la concentration de l’audience sur les chaînes historiques et de la diffusion en Prime Time. Cela dit, on peut noter un léger essoufflement de l’émission après 14 saisons : 26% auprès des FRDA-50 en 2019 comparé à 29% en 2018 mais aussi 17% sur les individus 4+ comparé aux 18,7% en 2018. Mais le programme reste un incontournable de la rentrée.

MEDIA +

La téléréalité est un programme très suivi par les jeunes. L’avez-vous remarqué dans votre étude ?

HÉLOÏSE FOUQUET

«Les Anges de la téléréalité», le programme phare de la chaîne NRJ12, est porté sur une cible jeune (15-34 ans) et féminine. Il fait la part belle aux annonceurs du secteur mode et accessoires. Le nombre de spots autour de l’émission est multiplié par 3 par rapport au reste de la grille. Cette cible reste cependant volatile en TV, ce qui peut expliquer un CPV plus cher que sur le reste de la grille (+10%). La cible est adepte du multitasking, expliquant la très bonne réactivité au spot. La saison 11 a rassemblé en moyenne 334.000 téléspectateurs, soit 1,8% de l’ensemble du public, en audience consolidée. Les parts de marché ont atteint 5,8% sur les 15/34 ans et 8,1% sur les 15/24 ans. Le programme place ainsi NRJ12 comme leader TNT auprès de la cible jeune. Sur W9, «Les Marseillais» est une marque importante. La dernière saison de l’émission, «Les Marseillais Asian Tour», a atteint 3,9% de part de marché auprès des 4 ans et plus. Sur l’ensemble des différentes saisons, le programme a réuni en moyenne 721.000 fidèles. La cible ? Un profil plutôt jeune, 15-34 ans, qui reste une cible volatile en TV. Cela explique un CPV plus cher (+74%), lié également au coût GRP plus élevé. Malgré tout, la cible reste assez réactive au spot autour de ce programme, supérieur à ce que l’on retrouve sur l’ensemble de la grille.