Hong Kong: Disney+ abandonne l’épisode du dessin animé les «Simpsons» qui fait référence à des «camps de travail forcé» en Chine

330

Un épisode du dessin animé les «Simpsons» qui fait référence à des «camps de travail forcé» en Chine est introuvable sur le service de streaming Disney+ à Hong Kong, où la production artistique fait l’objet d’une censure croissante. Hong Kong se targuait autrefois d’importantes libertés artistiques et culturelles par rapport à la Chine continentale dont elle est une région administrative spéciale. Mais depuis les manifestations de 2019, les autorités ont réprimé la dissidence dans le centre financier, notamment en renforçant la censure des films.

Le deuxième épisode de la 34ème saison du dessin animé américain comprenait la réplique: «Contemplez les merveilles de la Chine. Les mines de bitcoin, les camps de travail forcé où les enfants fabriquent des smartphones, et le romantisme». «One Angry Lisa», diffusé pour la première fois sur la plateforme en octobre dernier, n’a pas pu être consulté sur Disney+ en utilisant une connexion à Hong Kong mais est disponible ailleurs. C’est la 2ème fois en 3 ans que la version hongkongaise du service de streaming a renoncé à un épisode des Simpsons faisant la satire de la Chine. L’épisode précédemment censuré montrait les Simpsons visitant la place Tiananmen à Pékin – le site de la répression meurtrière de 1989 contre des manifestants pro-démocratie – et y trouvant un panneau qui indique: «Sur ce site, en 1989, rien ne s’est passé». En 2021, Hong Kong a adopté des lois de censure interdisant les émissions susceptibles d’enfreindre une vaste loi sur la sécurité nationale que Pékin a imposée à la ville. Depuis, des réalisateurs ont dû couper des parties de leurs films, tandis que d’autres productions ont été interdites de diffusion.

Un documentaire taïwanais sur des travailleuses immigrées a ainsi été retiré de la programmation d’un festival de cinéma à Hong Kong en octobre, après que ses producteurs avaient refusé de retirer une scène représentant une manifestation. Le même mois, une projection du film de la franchise Batman «The Dark Knight» (Le chevalier noir) avait également été annulée, les censeurs ayant jugé que «le niveau de violence était inapproprié» et nié que cette décision soit politiquement motivée.

La loi sur la censure n’englobe pas les services de streaming, mais les autorités ont prévenu que les plateformes de vidéo à la demande étaient néanmoins soumises à la loi sur la sécurité nationale qui concerne les crimes de subversion, de sécession, de terrorisme et de collusion avec des forces étrangères. Ces dernières années, Hollywood a été accusé de se plier au régime de censure chinois pour profiter de ce marché à plusieurs milliards de dollars.

En 2020, Disney a été critiqué pour avoir filmé le remake de Mulan dans la région du Xinjiang, avec des agences gouvernementales locales remerciées au générique. Pékin nie depuis longtemps les accusations de torture et de travail forcé au Xinjiang, mais un récent rapport des Nations unies a jugé ces allégations crédibles. Les groupes de défense des droits humains affirment que plus d’un million de Ouïghours et d’autres minorités musulmanes sont détenus dans ce qui, selon le département d’État américain et d’autres, s’apparente à un génocide.