J. CURIEL (Groupe M6) : «M6 va s’investir dans l’écologie et l’environnement»

919

Pilier important du Groupe M6, les magazines et les documentaires font leur révolution. Nouvelles marques, nouvelles formes, nouveaux territoires, les remises en question sont permanentes. Pour nous en parler plus précisément, média+ s’est entretenu avec Jonathan CURIEL, Directeur général adjoint des programmes des chaînes M6, W9 et 6ter, en charge des magazines et des documentaires.  

MEDIA +

L’offre magazine des chaînes du Groupe M6 semble se renforcer. Est-ce le cas ?

JONATHAN CURIEL

Oui, on se renforce à deux égards. Premier point, nous essayons de conforter et d’améliorer les marques existantes qui fonctionnent bien : «Capital», «Zone Interdite», «Enquête Exclusive», «66 Minutes» sur M6, «Enquêtes Criminelles», «Enquête d’Action» sur W9. Nous souhaitons que ces magazines soient rattachés encore plus à l’actualité. Voilà pourquoi nous devons faire preuve de beaucoup de réactivité. Deuxième point, nous déployons de nouvelles marques. C’est le cas de «Minute par Minute» (W9), «Que s’est-il vraiment passé?» (W9) ou «2050» (W9), magazine créé cette saison sur la base de témoignages de spécialistes et de scénarios de synthèse, en diffusion le mercredi 18 décembre en Prime Time sur W9 et qui s’inspire de la tendance actuelle autour de la collapsologie. Nous réfléchissons également à de nouveaux magazines pour 6ter pour accompagner le développement de la chaine.

MEDIA +

Quelles sont les thématiques porteuses en télévision ? Reflètent-elles les attentes du public ?

JONATHAN CURIEL

Les thématiques porteuses en télévision, en matière de magazines, correspondent en grande partie aux préoccupations principales des Français : pouvoir d’achat, écologie, grandes thématiques de société, sujets avec des révélations fortes… Sur la TNT : le fait-divers, les  portraits de personnalités emblématiques, mais aussi les grands événements de la mémoire collective autour desquels le public peut se rassembler. Le rôle de la télévision est de saisir ces événements majeurs. Le public a par ailleurs aujourd’hui besoin d’encore plus de valeur ajoutée. On le voit aussi sur «Zone Interdite», «Capital» ou «Enquête Exclusive» sur M6. Il faut toujours aller plus loin, apporter des informations nouvelles et approfondir les enquêtes.

MEDIA +

Même démarche d’investigation pour W9 et 6ter ?

JONATHAN CURIEL

Oui pour W9. Dans «Que s’est-il vraiment passé ?», nous révélons à chaque numéro des éléments nouveaux : de la catastrophe du car de Millas à l’accident de Brétigny. Nous lancerons prochainement en première partie de soirée, «Complots, vérités ou mensonges», un nouveau magazine qui revient sur les grandes théories complotistes et tente de les démonter. Même démarche avec le nouveau magazine «2050» qui va plus loin dans l’anticipation et sonne comme un signal d’alarme. S’agissant de 6ter qui évolue dans un univers plus familial, nos préoccupations sont différentes en matière de magazines : s’adresser à toute la famille avec une tonalité divertissante.

MEDIA +

Sur M6, on continue de s’emparer de thématiques sociétales ?

JONATHAN CURIEL

C’est dans l’identité de la chaîne et notamment de «Zone Interdite». Nous l’avons fait récemment avec un documentaire puissant sur la brigade des mineurs, mais également avec un dispositif chaine inédit autour de la lutte contre la violence faite aux femmes sur M6 («66 Minutes», «Zone Interdite» et «Enquête Exclusive»). Et nous allons continuer en 2020 avec les dossiers noirs de l’aide sociale à l’enfance, le malaise agricole et les nouvelles formes de prostitution en France. Nous sommes à la fois dans une dynamique d’engagement et d’investigation pour faire bouger les lignes.

MEDIA +

Êtes-vous ouvert aux nouvelles formes d’écriture ?

JONATHAN CURIEL

Oui, cela se matérialise à travers de nouveaux programmes et le renouvellement des marques existantes. Fin septembre, Julien Courbet et les équipes de «Capital» mettaient leur savoir-faire économique au service d’une famille, avec une audience record à la clé. Ce dispositif, in situ, a été reproduit dans le cadre d’un numéro spécial sur les maisons écologiques. Nous faisons évoluer les écritures si cela fait sens pour le programme. Ce n’est jamais gratuit. Quant à «Zone Interdite», le magazine fera prochainement l’objet d’innovations formelles, marquées à l’antenne. Sur W9, «Minute par Minute» est l’exemple même d’une nouvelle forme d’écriture audacieuse et réussie.

MEDIA +

Quand W9 lance de nouvelles marques, M6 préfère capitaliser sur ses émissions historiques ?

JONATHAN CURIEL

Notre travail consiste à préparer l’avenir en créant de nouvelles marques et à consolider les émissions existantes qui font la richesse et l’identité de ce Groupe. La saison passée sur M6, nous avions testé un magazine comme «Nouvelle Vie», axé sur le changement de vie et dont nous étions relativement satisfaits. En même temps, en tant que chaîne historique, pouvoir capitaliser sur des marques reconnues est un actif énorme. L’enjeu est de les pérenniser tout en les modernisant. 

MEDIA +

Sur quels territoires allez-vous vous déployer ?

JONATHAN CURIEL

M6 va s’investir dans l’écologie et l’environnement. Nous avons d’ailleurs déjà commencé dans «Capital» et dans «E=M6» à plusieurs reprises. Il y a une vraie volonté d’engagement du Groupe dans ce domaine. Nous réfléchissons également autour de la thématique de la santé. Enfin, nous avons pour ambition de développer une nouvelle offre de grands documentaires, pour M6, territoire sur lequel la chaîne est légitime compte tenu de son historique.