J.F. PÉCRESSE (Radio Classique) : «Nous sommes devenus la radio la plus longuement écoutée en France»

476

«Prenons l’air», fêtons le printemps ! Tel est le pari que Radio Classique propose ce lundi 22 mars à 11 heures via une opération. L’occasion de faire le point sur la station, son actualité, ses ambitions et ses perspectives. Entretien avec Jean-Francis PÉCRESSE, Directeur de Radio Classique. 

Radio Classique propose à ses auditeurs de fêter ensemble l’arrivée du printemps. Quelle est la teneur de cette opération ? 

Dans un climat assez anxiogène, au moment de l’arrivée du printemps, nous avons souhaité créer un happening. Les auditeurs sont invités, lundi 22 mars à 11h précises, à ouvrir leur porte et leur fenêtre pour diffuser, via notre radio, le Printemps de Vivaldi que nous programmerons dans l’émission de Christian Morin, «Tous Classiques». Nous souhaitons ainsi créer un événement de joie et de partage. L’idée est de vivre ensemble cette aspiration à retrouver une vie plus normale et plus joyeuse. Il y a aussi une forme de message adressée au monde de la musique classique. Toute la journée, les animateurs liront les messages des auditeurs à l’antenne, et programmeront les œuvres que les auditeurs auront envie d’entendre autour de la thématique du printemps, saison de la renaissance. Radio Classique leur demandera à cette occasion leurs vœux de renouveau pour 2021.Même si la radio a toujours su créer du lien, il s’est passé quelque chose de fort depuis 1 an entre le média radio et ses auditeurs. Dans cette période de crise intense, avec ces phénomènes de solitude, nous avons besoin de retrouver une forme de chaleur et de communion avec l’autre. L’avenir appartient aux radios qui ont su créer un lien.  

Votre durée d’écoute a explosé ces derniers mois. Une explication ? 

Radio Classique est devenue – peut-être plus que d’autres – la radio de l’accompagnement, de la proximité et de la relation avec ses auditeurs dans les bons comme les moins bons moments. Sur la dernière vague Médiamétrie (novembre-décembre), nous avons pulvérisé notre record de durée d’écoute moyenne en devenant la radio la plus longuement écoutée en France : 2h30 en moyenne par auditeur et par jour. Nous le voyons à travers la participation des auditeurs et à leurs messages dans plusieurs de nos émissions : le matin avec Christian Morin, à la mi-journée avec Laurence Ferrari, l’après-midi avec Pauline Lambert. Ce sont des rendez-vous que nous donnons à notre public, et particulièrement de 18 à 19h avec David Abiker où les auditeurs choisissent les musiques qu’ils souhaitent écouter. Par le contenu de nos émissions et la nature de la musique classique que nous diffusons, il y a un besoin de s’extraire d’un quotidien morose. 

Quelle est la proportion de musique classique proposée sur votre antenne ? 

Je ne veux pas coller à un style musical ou à une époque. Mais il est vrai qu’on essaie de s’en tenir au grand répertoire classique. Nous le faisons évoluer doucement vers un peu plus de classique contemporain qui doit toujours puiser à la source de ce grand répertoire. Il répond à des exigences d’harmonie et de mélodie. L’une des grandes nouveautés de la rentrée septembre, une forme d’heureuse révolution, c’est le lancement du lundi au vendredi de 19h à 20h de «On The Wilde Side», une émission de jazz animée par le pianiste de jazz Laurent de Wilde. C’est un style musical que nous avons essayé le week-end et que nous avons étendu la semaine. Cela prouve que nous sommes capables de ne pas enfermer le classique dans des frontières un peu artificielles. 

Il y a quelques saisons, vous parliez de «reconquête» de Radio Classique avec un vrai travail d’incarnation des cases. Ce travail est-il accompli ? 

L’avenir du média radio passe par le lien que l’on crée avec un auditeur. La radio, ce sont des rendez-vous qu’il faut faire vivre avec des personnalités fortes qui doivent être de vrais animateurs radio. L’incarnation de nos émissions, qui a été renouvelée, fait partie de l’ADN de Radio Classique. A la fois radio d’info et de musique classique, on s’inscrit dans un univers extrêmement contemporain. 

Bientôt le DAB+ national pour Radio Classique. Une aubaine ?  Radio Classique fait partie des radios retenues pour le DAB+ national qui doit démarrer entre le 15 juillet et le 15 octobre. Une première étape va débuter sur l’axe Paris-Marseille. A côté de la FM et du digital, le DAB fait partie de la solution d’avenir. Il a l’immense mérite d’assurer l’indépendance de notre diffusion.