J. HIRSCH (Starz/Starzplay) : «On compte engranger entre 15 et 25 millions d’abonnés internationaux d’ici 2025»

485

Starz, société du groupe Lionsgate continue de renforcer sa présence mondiale avec la distribution de sa plateforme internationale de diffusion premium Starzplay dans un nombre croissant de territoires. Rencontre avec Jeffrey HIRSCH, Président et Directeur général de Starz.

Quelle est votre ambition d’expansion en Europe et en France ?

C’est un marché capital. Starz prévoit de poursuivre sa croissance internationale rapide, et compte engranger entre 15 et 25 millions d’abonnés internationaux d’ici 2025. Pour ce faire, nous allons enrichir notre plateforme Starzplay à base de contenus toujours plus qualitatifs, destiné à un public adulte. Notre service de streaming premium est disponible dans près de 50 pays en Europe, en Amérique-Latine, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ainsi qu’au Canada. Depuis mai 2019, nous sommes accessibles en France pour 4,99€ par mois via Amazon Prime Video, l’application gratuite Apple TV, la TV d’Orange et la nouvelle application Starzplay pour iOS et Android. Les abonnés peuvent ensuite regarder en ligne ou profiter des téléchargements hors connexion des séries et films du catalogue.

Starzplay se positionne-t-il comme une alternative à Netflix et Amazon Prime Video ? 

Non, pas vraiment ! Des plateformes comme Netflix, Amazon Prime, HBO Max, Peacock visent à séduire un très large public (enfants, adultes, mamans, ados,…). Quant à Starzplay, nous privilégionsdes contenus premium, beaucoup plus ciblés, sur la base d’une stratégie de développement et de production qui fait la part belle aux personnages et aux histoires authentiques. Nous ciblons essentiellement les femmes et les audiences traditionnellement mal représentées dont les afro-américains, les latino-américains et les LGBTQ. C’est une stratégie payante puisque l’année dernière notre base américaine d’abonnés est passé de 23,5 millions à 24,7 millions de clients. D’ailleurs, pour une chaîne premium du câble, Starz compte le nombre de femmes le plus élevé dans son audience.

Comptez-vous faire de la production locale ?

Absolument ! Maintenant que notre service est disponible un peu partout dans le monde, nous pouvons passer à une deuxième étape, celle de la production locale, destinée à un public global avec des intrigues universelles. Des productions s’initient à la fois en Espagne, en Inde, au Mexique et au Royaume-Uni. Nous étudions la possibilité de faire des séries en France dans un avenir proche. 

Pouvez-vous nous parler de vos nouvelles séries ?

Chaque année, nous lançons entre 15 et 18 nouvelles séries sur notre plateforme internationale. Nous avons acté l’écriture et la production de trois nouvelles séries dont «Les Liaisons Dangereuses» revisitées (tournée à Paris avec une production internationale), la 3ème saison de «The Girlfriend Expérience» et la comédie noire «Shining Vale». Starz prépare également le lancement de «Power Book II : Ghost» avec Mary J. Blige dans le rôle principal. Il s’agira du premier spin off inspiré de la série «Power» qui sera suivi par trois autres séries dérivées de la créatrice de «Power», Courtney A. Kemp, et du producteur exécutif 50 Cent.

Les plateformes de streaming menacent-elles les chaînes du câble ? Oui et non. L’accélération du mouvement de désabonnement aux offres de Pay-TV aux États-Unis pousse la majorité des opérateurs américains à proposer de nouvelles alternatives en plus du schéma de distribution traditionnelle de leurs offres sur leurs infrastructures broadcast. Les géants de la SVOD comme Netflix, Amazon ou Disney+ souhaitent à eux-seuls remplacer la télévision traditionnelle. Pour autant, cette dernière est encore largement consommée par une génération de téléspectateurs fidèles. La vérité, c’est que même si le contenu est roi, il faudra toujours savoir astucieusement le distribuer et le faire-savoir.