J.P. PANZANI (Médiamétrie) : «85 créations françaises sont dans le top 100 des fictions en 2017»

646

Jean-Pierre PANSANT, Directeur des Opérations TV de Médiamétrie

Dans le cadre du Festival des Créations Télévisuelles de Luchon (qui se tiendra du 7 au 11 février 2018), Médiamétrie et Headway ont dressé le bilan de la fiction française et analysé sa place dans le paysage télévisuel. Entretien avec Jean-Pierre PANZANI, Directeur des Opérations TV de Médiamétrie. 

media+

L’embellie se poursuit pour la fiction française. Le constat est-il implacable ?

Jean-Pierre PANZANI

Tout-à-fait ! 85 créations françaises sont aujourd’hui placées dans le Top 100 des fictions en 2017 (ce qui représente 6,2 millions de téléspectateurs en moyenne). Le genre est définitivement à son apogée. Le gros de la consommation des téléspectateurs se focalise sur le «made in France». 68,3% des personnes interrogées considère que la qualité de la fiction s’est améliorée en l’espace de trois ans. C’est 16 points de plus qu’en 2016. Les Français ont un attachement particulier à «Capitaine Marleau» (France 3) qui est arrivé premier du classement (7,7 millions de téléspectateurs). Un de ses meilleurs épisodes était d’ailleurs une rediffusion. Réalisée par Josée Dayan, la série a bénéficié d’un personnage décalé ainsi que d’un casting très élogieux (Gérard Dépardieu dans le 1er épisode).

media+

Quelle est la perception des Français sur la fiction française ?

Jean-Pierre PANZANI

Elle est à la fois plus moderne, plus variée et plus innovante. Ces éléments participent au succès de la fiction française. En parallèle, il y a un essoufflement des séries américaines avec des licences en fin de vie et des séries qui s’arrêtent. En 2011 sur les 15-24 ans, 97 fictions étrangères apparaissaient dans le Top 100. En 2017, il n’y a plus que 64 fictions étrangères sur 36 créations françaises. Le polar reste encore aujourd’hui le genre privilégié des Français.

media+

La fiction française est-elle devenue un genre surconsommé par les plus de 50 ans ?

Jean-Pierre PANZANI

Oui, absolument ! Les 50 ans et plus sont majoritairement attachés aux fictions unitaires avec près de 48% d’entre eux qui placent le téléfilm en tête. Il est sûrement beaucoup plus facile pour un téléspectateur de plus de 50 ans de se projeter dans un univers qu’il croit connaître. Des collections comme «Meurtres à…» sur France 3 mettent en valeur des localités et plaisent au public.

media+

Quel rapport entretiennent les jeunes avec la fiction française ?

Jean-Pierre PANZANI

La fiction est le genre le plus consommé à la télévision. En revanche, les 15-24 ans ont une plus grande appétence pour voir ce qui se fait ailleurs même s’ils n’ignorent pas la fiction proposée par la télévision. En l’occurrence, la série «Clem» (TF1) est celle qui est la plus consommée par les jeunes. Il y a aussi une part non marginale des 15-24 ans qui consomme des feuilletons quotidiens comme «Plus Belle la Vie» (France 3) ou «Demain nous appartient» (TF1). Ce qui fait le succès d’une fiction, c’est l’identification. Les plus jeunes téléspectateurs se distinguent aussi par une consommation en «binge-viewing». Près d’un sur deux la privilégie.

media+

Comment le renouvellement de la fiction française est-il perçu par le public ? 

Jean-Pierre PANZANI

54% des individus de 15 ans et plus apprécient le renouvellement de la fiction française. Les 15-34 ans, quant à eux, laissent entendre qu’ils souhaiteraient tout de même de nouveaux personnages.