J. REDLER (Commission IDF) : « Paris et sa région restent très attractifs pour les talents du monde entier »

434

L’Observatoire de la production audiovisuelle et cinématographique confirme la forte croissance du secteur en Ile-de-France avec une augmentation significative des emplois en CDI et contrats courts. Analyse et entretien avec Jérémy REDLER, Président de la Commission du Film d’Ile-de-France.

media+

Quels enseignements retenez-vous de l’Observatoire de la production audiovisuelle et cinématographique en Île-de-France ?

Jérémy REDLER

2017 a enregistré une augmentation significative des emplois, notamment en CDI. Cela fait deux années de suite que la croissance est bien présente. 4.200 emplois ont été créés en 2017, soit une hausse de +15 %, avec une augmentation de 8% de la masse salariale. En 2018, on approche la barre des 19.000 emplois en CDI dans la filière en Île-de-France. Nous sommes à 46,5% d’augmentation de CDI entre 2016 et 2018. Sur la dernière décennie, nous n’avons jamais vu des chiffres aussi hauts.

media+

Quels sont les facteurs qui expliquent ce regain d’activité ?

Jérémy REDLER

Il y a trois facteurs à cette belle croissance : la relocalisation des tournages de films français, l’effet combiné crédit d’impôt et fond de soutien, ainsi que la richesse du patrimoine naturel de l’Île-de-France (Château de Versailles, Tour Eiffel, …). Il y a un vrai travail de promotion qui a été réalisé autour de la région. L’année dernière, la délocalisation des tournages est passée de 36% à 22%. La tendance se confirme cette année. L’effet combiné du crédit d’impôt et du fond de soutien de la région nous a permis d’accueillir de très gros films.

media+

De quelles productions parlez-vous ?

Jérémy REDLER

«Mission Impossible 6 : Fall Out» avec 25 M€ de dépenses, 36 jours de tournage et plus de 350 techniciens employés chaque jour de tournage. Il y a eu aussi «Le 15h17 pour Paris» de Clint Eastwood. La production de séries est de plus en plus importante. Nous avons reçu notamment «The Marvelous Mrs Maisel» (Amazon), «Jack Ryan» (Amazon) ou encore «Osmosis» d’Audrey Fouché (Netflix).

media+

Quels sont les indicateurs de la région Ile-de-France pour l’avenir ?

Jérémy REDLER

Les indicateurs laissent à penser que 2018 sera une année plutôt stable avec des chiffres légèrement en baisse. Le dynamisme de la production française reste toutefois assez fort ainsi que les investissements étrangers générant de l’emploi pour des projets importants. La relocalisation de la production française se poursuit avec un taux à 20% en 2018, le plus bas de la décennie. Le film à plus de 20 M€ de budget «J’Accuse» de Roman Polanski est relocalisé en Ile-de-France. La région reste aussi un territoire très compétitif pour l’animation et les effets visuels.

media+

Quelle est votre feuille de route pour les années à venir ?

Jérémy REDLER

L’idée est de vendre au mieux les services du territoire francilien et de faire en sorte qu’ils soient attractifs. Nous essayons de promouvoir nos actions à l’étranger. La Commission du Film a d’ailleurs créé une marque «Film Paris Region» qui permet d’être bien identifié à l’international. L’idée est de fédérer les acteurs franciliens et d’être un catalyseur de la filière pour accompagner le secteur. Nous avons une place essentielle dans le dispositif et nous essayons de réinventer l’accueil des productions pour avoir un accompagnement intégré dans ce nouvel environnement. Nous repensons aussi la promotion et la prospection à l’international.