L. HERSZBERG (Séries Mania) : « Nous observons une guerre exacerbée entres les plateformes américaines »

679

Défricheur de tendances, Séries Mania s’impose comme l’une des plus importantes fenêtres d’observation sur le monde global et mouvant des séries. Cette édition qui se tiendra du 20 au 28 mars à Lille se veut «la plus internationale de son histoire». Le festival assiste depuis quelque temps à une internationalisation continue : des séries partout dans le monde, pour tout le monde. Voilà pourquoi une programmation orientée vers la découverte et la diversité sera proposée. Entretien avec Laurence HERSZBERG, Directrice Générale de Séries Mania.

MEDIA +

Chaque année, Séries Mania prend de l’importance. Comment l’analysez-vous ?

LAURENCE HERSZBERG

C’est le signe qu’il manquait un festival d’envergure international pour les séries, un genre qui prend une ampleur nouvelle. A la fois pour le public et les professionnels, nous avions besoin d’une plateforme internationale. Même si nous occupons cette place, nous sommes encore en construction et restons modestes. L’année passée, nous avons offert à 72.300 spectateurs et à plus de 2.700 professionnels français et étrangers, une opportunité de rencontrer tout au long des 9 jours du festival, les créateurs, scénaristes, réalisateurs et talents parmi les plus renommés de l’univers sériel d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

MEDIA +

Séries Mania vise-t-il à devenir le festival de Cannes de la série ?

LAURENCE HERSZBERG

Traditionnellement, je dis que la marche est haute. Mais nous ambitionnons d’être un festival de référence pour la série. La France abrite les plus gros événements dans chacune des disciplines : Cannes pour le cinéma, Lyon pour le festival Lumière dédié au cinéma de patrimoine, Annecy pour l’animation et Clermont Ferrand pour le court métrage.

MEDIA +

A quoi ressemble votre programmation ?

LAURENCE HERSZBERG

Issue pour la première fois des cinq continents, la programmation est orientée vers la découverte et la diversité. A cet effet, 483 séries ont été visionnées et 74 d’entre elles ont été sélectionnées. Ces dernières proviennent de 25 pays dont 38 en première mondiale.

MEDIA +

Que vous inspire cette profusion de séries ?

LAURENCE HERSZBERG

Un festival comme le nôtre est une fenêtre d’observation privilégiée sur six mois. La fonction d’origine de Séries Mania était de faire découvrir la création audiovisuelle mondiale. Aujourd’hui, on oriente des choix en aidant à faire découvrir les futurs succès de demain. Nous assistons à une internationalisation de la production : des séries, partout dans le monde, pour tout le monde. La 3ème édition de Séries Mania vise à montrer cette internationalisation. La série, qui pendant des années était l’apanage ou le terrain privilégié des Américains, ne l’est plus. Les séries sélectionnées viennent de 25 pays et parmi les nouveaux entrants : le Chili, le Pérou, Singapour et le Cameroun. Tout le monde produit des séries parce que c’est le genre culturel qui s’adresse à la fois au plus grand nombre et qui raconte le monde tel qu’il est.

MEDIA +

Comment se transforme le secteur des séries ?

LAURENCE HERSZBERG

Cette année, nous observons une guerre exacerbée des plateformes américaines dans le champ de la distribution. A mon sens, c’est une tendance plutôt inquiétante pour les Européens. Vont-ils pouvoir tirer leur épingle du jeu? Aux États-Unis, les plateformes ne peuvent conquérir d’autres parts de marché qu’en grignotant sur des marchés existants.

MEDIA +

De quel budget dispose Séries Mania ?

LAURENCE HERSZBERG

Notre budget est en augmentation sur 1 an, passant de 6,3M€ à 7,1M€. Il y a eu une hausse de la contribution de la région Hauts-de-France, de notre sponsor principal (Le Crédit Mutuel Nord Europe) et surtout de nos ressources propres. Le forum de coproduction s’impose comme le rendez-vous de la profession pour discuter des nouvelles séries et des nouveaux contenus. Nous avons ainsi beaucoup de nouveaux partenaires et plus d’accrédités. Nous attendons 3.000 participants (soit une progression de +10%). Nous allons débattre de thématiques majeures dans le domaine des séries telles que la concentration des grands groupes audiovisuels à l’échelle européenne, le rôle des distributeurs qui deviennent de super-producteurs, et les grandes tendances du marché comme l’adaptation en série de faits réels.

MEDIA +

Cela participe-t-il au rayonnement international que vous espériez autour de Séries Mania ?

LAURENCE HERSZBERG

Nous sommes un outil au service de la profession. Notre événement se décompose en trois modules: Séries Mania, le festival grand public qui fait connaître le meilleur des séries, Séries Mania Forum, qui est le rendez-vous des décideurs et des talents, et les Dialogues de Lille qui constitue un nouvel espace de rencontres et d’échanges voué à rassembler les principaux acteurs politiques, institutionnels, créatifs et économiques des secteurs de la télévision et de la culture en Europe et aux États-Unis.