La télévision de «rattrapage» se développe

    182

    La télévision de «rattrapage», c’est-à-dire le visionnage d’une émission en différé, se développe en France, selon une étude de Médiamétrie réalisée en octobre-novembre 2008 auprès de 6 800 téléspectateurs âgés de 13 ans et plus, publiée mardi. A cette époque, deux téléspectateurs sur cinq regardaient, au moins occasionnellement, des programmes en différé, après les avoir enregistré sur DVD, disque dur ou encore sur cassette vidéo. 6,3 millions de personnes ont utilisé, au moins une fois, la télévision de rattrapage en 2008, contre 4 millions en 2007. Les 15-24 ans sont les plus gros utilisateurs de ces services, sur lesquels ils passent en moyenne neuf minutes par jour. D’autre part, 15,8% des téléspectateurs âgés de 15 ans et plus ont regardé au moins un programme en «View On the Same Day As Live» (VOSDAL), c’est-à-dire un programme de télévision enregistré le jour même de sa diffusion. Le VOSDAL se distingue du «time shifting» (léger différé), qui consiste à mettre «sur pause» un programme de télévision regardé au moment de sa diffusion, afin d’en reprendre la lecture quelques minutes plus tard: 5,6% des personnes ont utilisé ce mode de consommation de manière occasionnelle ou régulière.Cette étude permet par ailleurs de constater que l’ordinateur confirme sa place de «second écran» après le téléviseur: 10,7% de la population âgée de 15 ans et plus a regardé également la télévision en direct sur cet écran en 2008 (contre 8,6% en 2007). La télévision se regarde aussi hors de chez soi: 35,8% des Français âgés de 15 ans et plus la regarde au moins une fois par mois dans un autre lieu que le domicile principal (contre 29,7% en 2007).