«La Tribune» : une nouvelle formule faisant la part belle à l’information régionale

83
la-tribune

Sept ans après la fin de son édition papier quotidienne, le journal économique «La Tribune» lance une nouvelle formule de son hebdomadaire faisant la part belle à l’information régionale et passe une partie de son site en accès payant.

Lancée vendredi, cette nouvelle formule se veut davantage haut de gamme, avec un papier plus épais, un format «berlinois» plus grand que le format tabloïd utilisé précédemment, et deux cahiers distincts dont l’un traite plus spécifiquement de l’actualité économique régionale.

«Notre engagement, c’est qu’il n’y ait plus de zone blanche dans l’information économique. Aujourd’hui on couvre les 13 régions», notamment grâce à des acquisitions à Lyon et Montpellier, a indiqué lors d’une conférence le président du groupe, Jean-Christophe Tortora. L’idée est de se démarquer du concurrent «Les Echos» en se spécialisant dans l’information régionale et en favorisant la microéconomie (c’est-à-dire l’actualité des différents secteurs de l’économie).

Le journal avait d’ailleurs supprimé il y a deux ans son service macroéconomie (dédié à l’économie nationale et internationale). «Le mouvement des «gilets jaunes» a montré qu’il y a beaucoup de choses en France qui passent sous le radar des médias. Ce n’est pas la peine d’imiter ce que fait Paris, nos bureaux régionaux travaillent entre eux», a assuré Robert Jules, directeur adjoint de la rédaction. Outre les deux cahiers hebdomadaires, «La Tribune» proposera un troisième cahier mensuel dédié à une région ou une ville. L’objectif de la nouvelle formule est de gagner des abonnés mais aussi de développer les ventes en kiosques, où le nombre d’exemplaires disponibles sera adapté localement en fonction des sujets, a expliqué la directrice générale Delphine Chene.

Elle vise une hausse de 20% du nombre d’abonnés (actuellement à 12.000, web et papier) et une hausse des ventes en kiosques pour atteindre au total 20.000 ventes par semaine.Financièrement parlant, le groupe assure bien se porter et dit dégager un bénéfice d’exploitation, avec un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros en 2018 attendu à 13 millions cette année. Mais ces revenus proviennent en grande partie de l’organisation d’événements (rencontres, salons, 40% du chiffre d’affaires) tandis que les abonnements et ventes n’en fournissent que le quart.

Le groupe a embauché et compte aujourd’hui 85 collaborateurs dont environ 70 journalistes qui travaillent sur l’hebdo et sur le quotidien numérique. Il mise sur des partenariats avec la presse régionale, à l’instar de celui passé avec Paris Normandie qui lui permet d’utiliser les locaux du journal régional. «La Tribune» a aussi lancé une édition en Afrique, avec un site et un mensuel papier, et a implanté une équipe au Maroc.

Créé en 1985, «La Tribune» avait arrêté son édition papier quotidienne en 2012, après son rachat par Jean-Christophe Tortora. Le journal appartient aujourd’hui à 72% au groupe Hima, lui même détenu à 20% par M. Tortora et 80% par Franck Julien, patron du géant du service aux entreprises Atalian. Le reste appartient à l’entrepreneur Laurent Alexandre (fondateur de Doctissimo).