La veuve d’Alexeï Navalny visée par les infox

111

Depuis l’annonce vendredi du décès de l’opposant numéro 1 du Kremlin Alexeï Navalny, sa veuve Ioulia Navalnaïa est la cible d’infox et rumeurs en ligne visant à la décrédibiliser alors qu’elle a annoncé reprendre le combat de son mari. Emprisonné depuis trois années et après un empoisonnement dont il tenait le Kremlin pour responsable, Alexeï Navalny avait passé près de 300 jours en cellule disciplinaire, aux conditions de détention épuisantes. Quelques heures à peine après l’annonce de son décès, des internautes ont relayé une photo de sa veuve posant, souriante, sur une plage aux côtés d’un autre homme, les commentaires affirmant ou sous-entendant que le cliché datait de ces derniers jours, l’accusant ainsi de simuler sa tristesse dans ses diverses apparitions publiques depuis. «Le jour de la mort de Navalny, Yulka (sic), sa veuve éplorée, se prélassait sur une plage !!», entend ainsi dénoncer un internaute sur X. Le cliché, accompagné de messages similaires, a aussi été largement publié en anglais, allemand ou serbo-croate sur différents réseaux sociaux. Ancienne photo Mais cette photo de Ioulia Navalnaïa n’est pas récente. Les recherches de l’Agence France-Presse ont permis de remonter au compte Instagram d’Evgueni Tchitchvarkine, un milliardaire russe de 49 ans. Il a publié cette photo en août 2021, où on le voit aux côtés de Ioulia Navalnaïa. «Avec la première dame de la belle Russie du futur @yulia_navalnaya Liberté @navalny !», écrivait-il, localisant l’image à Jurmala, en Lettonie. Co-fondateur et ex-propriétaire du 1er distributeur russe de téléphones portables Euroset, Evgueni Tchitchvarkine a fui en Grande-Bretagne en 2008. Accusé d’enlèvement et d’extorsion de fonds, il était visé par un avis de recherche international et une demande d’extradition jusqu’en 2011 lorsque la Russie avait mis fin aux poursuites. Reconverti dans le négoce de vins, Evgueni Tchitchvarkine est aussi devenu un fervent opposant à Vladimir Poutine. Ami d’Alexeï Navalny, il l’a selon la presse aidé à financer sa lutte et une partie des frais médicaux consécutifs à son empoisonnement en 2020. Il y a trois ans, la publication de sa photo en compagnie de Ioulia Navalnaïa avait été largement commentée. Dans une interview donnée à la radio indépendante L’Echo de Moscou (fermée par les autorités russes en mars 2022), l’homme d’affaires expliquait, avec une pointe d’ironie, le contexte de la photo : «Les gens sont jaloux: eux aussi voudraient se promener au bord de la mer avec Ioulia Navalnaïa, une femme belle et forte, potentiellement une Première Dame». «Malheureusement, Alexeï a été emprisonné, mais elle, personne ne l’a emprisonnée», disait-il encore. Fausses factures Ioulia Navalnaïa est la cible régulière de rumeurs visant à la discréditer elle ou son défunt mari. Des internautes ont aussi accusé la quadragénaire d’être une «escorte politique», utilisant la photo où elle s’affiche avec Evgueni Tchitchvarkine et le témoignage d’une femme se présentant comme son ancienne assistante. L’affirmation a notamment été relayée par le site pravda-fr.com qui appartient à un réseau «structuré et coordonné» de 193 sites diffusant de la propagande russe en Europe et aux Etats-Unis, selon Viginum, l’organisme français de lutte contre les ingérences numériques étrangères. D’autres comptes sur internet ont relayé à l’appui de leurs allégations des photos de factures du site de réservation d’hôtel Booking. Mais selon Eliot Higgings, fondateur du média d’investigation numérique Bellingcat, le document présenté a été falsifié. Dans une vidéo publiée lundi 19 février, Ioulia Navalnaïa, a promis de continuer la lutte contre Vladimir Poutine menée par son mari et appelé ses partisans à la rejoindre.