Le gouvernement français lance une plateforme pour mieux attirer les talents internationaux de la tech

64

Le gouvernement français a inauguré mercredi une plateforme intitulée «Welcome to la French Tech», censée permettre d’attirer davantage de talents tech internationaux sur le territoire français grâce à une interface unique et simplifiée facilitant leurs démarches d’information et d’immigration. 

«Welcome to la French Tech est une plateforme qui va permettre de recenser toutes les informations nécessaires pour simplifier l’arrivée en France des talents étrangers et faciliter leur accompagnement et leur intégration pour pouvoir accélérer cet écosystème important», a déclaré le ministre délégué auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Franck Riester. 

Lors d’une visite à ses côtés à la Station F à Paris, Cédric O, secrétaire d’Etat au numérique, et Marlène Schiappa, ministre déléguée à la Citoyenneté, ont salué la croissance d’entreprises de la Tech en France, qui améliorent la compétitivité du pays et mettent en avant l’innovation et la recherche. «La French tech c’est la démonstration que la stratégie engagée par la France depuis 10 ans, accélérée en 2014 puis en 2016 avec l’arrivée du président de la République, est un grand succès et une belle réussite», s’est félicité Franck Riester. «L’écosystème tech français est aujourd’hui le plus dynamique de l’Union européenne», relève le dossier de presse dédié à l’inauguration de la plateforme. «La crise Covid n’a pas marqué de coup d’arrêt, bien au contraire : après avoir levé 5,4 milliards d’euros en 2020, nos entrepreneurs en sont déjà à 4,7 milliards d’euros pour le seul premier semestre 2021». 

Franck Riester a souligné que, grâce à la plateforme «Welcome to la French Tech», des programmes individualisés pourront être mis en place pour les candidats tech à l’immigration en France, avec des référents dédiés dans les préfectures chargés de faire le lien avec le gouvernement, d’améliorer les délais pour les demandes administratives et d’aider à l’intégration des nouveaux arrivants. 

Leurs dossiers sont directement mis «au-dessus de la pile», a confirmé Mme Schiappa, en rappelant qu’il existait déjà le «French Tech Visa», un titre de séjour pluriannuel qui cible les talents tech et a rendu plus facile qu’avant leur arrivée en France. 

«Ce qu’il fallait, c’était créer des conditions économiques, des conditions d’accueil, pour qu’un étudiant (…) ait le choix entre aller à la Silicon Valley, à Londres ou à Paris et qu’aller à Paris ne l’oblige pas à baisser ses exigences et ne le condamne pas à une carrière qui soit moins intéressante ailleurs», a illustré Cédric O.