Le groupe Radio France a connu jeudi une 25ème journée de grève très suivie

1290

Le groupe Radio France a connu jeudi une 25e journée de grève très suivie, selon les chiffres des syndicats et de la direction, un regain de mobilisation contre un plan d’économies et des supressions de postes. Les antennes des radios publiques françaises étaient fortement perturbées jeudi, avec des matinales à trous et de nombreuses émissions remplacées par de la musique. Le syndicat SNJ a relevé 60% de grévistes dans les rédactions, avec notamment de nombreux animateurs qui ont pris part au mouvement. La direction de Radio France indique de son côté que le taux de grévistes atteignait 16,60% en matinée, un regain de mobilisation alors qu’il était tombé sous 2% vendredi 13 décembre. Les salariés du groupe public réclament toujours le retrait du plan d’économies et de suppressions de postes prévu par la direction. Cette grève qui dure commence à se rapprocher du long conflit de 2015, où les salariés de la radio s’étaient mobilisés pendant 29 jours, un record. Les syndicats ont rencontré la direction jeudi matin, mais la direction maintient son objectif de 60 millions d’euros d’économies et 299 suppressions de postes. La patronne de Radio France Sibyle Veil a répété dans un entretien au Journal du dimanche le 15 décembre que retirer ce plan «serait irresponsable», mais elle a admis qu’»il reste des inquiétudes» auxquelles elle souhaite «répondre par le dialogue social». «La mobilisation par tous les moyens se poursuivra en 2020. L’Etat et la direction de Radio France doivent considérablement revoir leur copie», avaient répondu les organisations syndicales dans un communiqué. Une pétition en soutien à «la radio publique en danger» avait recueilli plus de 57.000 signatures jeudi après-midi ;