Le groupe TF1, partenaire de l’opération pédagogique «Chouette, pas chouette»

31

Engagé en faveur de l’égalité Femmes / Hommes, le groupe TF1 annonce être partenaire de l’opération «Chouette, pas chouette», une série TV –  diffusée dès janvier 2021 sur TFOU – pour sensibiliser les plus jeunes enfants à la lutte contre le sexisme et au respect de la différence. Initié par la plateforme de mobilisation citoyenne Make.org, en partenariat avec la fondation Kering, ce projet pédagogique s’inscrit dans la Grande Cause «Stop à la violence faite aux femmes» et vise à déconstruire les stéréotypes sexistes dès le plus jeune âge par le prisme d’une série animée de 16 épisodes destinée aux 4-6 ans et diffusée largement sur de nombreuses chaînes de télévision. Une consultation citoyenne nationale avait réuni 400.000 participants autour de la question «Comment lutter contre les violences faites aux femmes ?». L’une des propositions plébiscitées était celle d’Ange : «Il faut que l’on apprenne aux enfants le respect de l’autre sexe, fille et garçon, les faire débattre sur le sujet». D’où l’idée de la série «Chouette, pas chouette». «Nous sommes heureux de co-financer le projet initié par Make.org et d’offrir ainsi à la série animée «Chouette pas chouette» une belle vitrine dans la case jeunesse TFOU et sur MYTF1. Cette initiative s’inscrit dans le cadre du plan d’action du groupe TF1 en faveur de l’égalité femmes / hommes, de la lutte contre le sexisme et le harcèlement et également de sa démarche de sensibilisation sur les violences faites aux femmes», déclare Christelle Leroy, directrice RSE du groupe TF1. Dès janvier 2021, TFOU offrira une belle vitrine à la série animée «Chouette, pas chouette» en diffusant tout au long de l’année les 16 épisodes du programme. A retrouver également en replay sur MYTF1. Produite par 2 Minutes en coproduction avec Gaumont, “Chouette, pas chouette !” présente les aventures de Jaja, la panthère, Gégé, le castor, Kiki la brebis et de tous leurs copains. Dix enfants comme les autres. Ni beaux ni moches, ni gentils ni méchants, ni bêtes ni super intelligents, ce sont juste des enfants avec comme tous les enfants, des tonnes d’a priori. «Une fille, ça ne peut pas jouer au foot ou devenir pilote d’avion !». «Un garçon, ça ne peut pas pleurer ou faire de la danse classique !». Le principe narratif de ces films est de confronter les très jeunes enfants à ces stéréotypes sexistes pour susciter leur empathie, les pousser à remettre en cause leurs préjugés et comprendre que naître fille ou garçon, grand ou petit, croco ou panthère ne détermine pas ce que sera sa vie. Le programme télévisé est complété par un livret pédagogique autour de l’égalité filles/garçons et la déconstruction des stéréotypes sexistes, et s’adresse aux enseignants de la maternelle à la 6ème, aux éducateurs et aux professionnels de l’éducation. Ce livret est élaboré par le Centre pour l’Éducation aux Médias et à l’Information (CLEMI). Les films ont été conçus par les scénaristes et réalisateurs Franck Salomé, Fernando Worcel et Nicolas Sedel, et l’illustratrice Sandrine Acquistapace, avec l’association Chiennes de Garde et le CLEMI, et produits par la société 2 minutes et Gaumont. Le tout piloté par l’ancienne directrice des programmes jeunesse de TF1, Dominique Poussier, et encadré par le cabinet de conseil EY et Make.org Foundation.