Le jeu de tir «Deathloop» sacré meilleur jeu vidéo français de l’année lors de la 3ème édition des Pégases

355

Le jeu de tir à la première personne «Deathloop» du studio lyonnais Arkane a été désigné jeudi soir meilleur jeu vidéo de l’année lors de la 3ème édition des Pégases, qui récompensent les meilleures créations françaises. L’événement présenté par l’animatrice Salomé Lagresle s’est déroulé en direct à la Cigale, à Paris, où étaient réunies quelque 700 personnes, et était également retransmis sur la plateforme de streaming Twitch.
«Deathloop», sorti en septembre 2021 sur PlayStation et PC et édité par l’Americain Bethesda, l’a emporté dans 5 des 8 catégories dans lesquelles il était nommé: le «meilleur jeu», «l’excellence visuelle», «le meilleur game design», le «meilleur univers» et le nouveau «Pégase du public» décerné à l’issue d’un vote en ligne ouvert aux internautes. Le principe de ce jeu de tir, déjà récompensé aux États-Unis du prix de la meilleure réalisation lors des Game Awards 2021, repose sur une boucle temporelle, qui conduit le joueur à recommencer sans cesse la même journée, pour assassiner 8 protagonistes au fur et à mesure de sa progression.
Dinga Bakaba, le directeur créatif du studio et auteur de la série à succès «Dishonored», s’est également vu décerner le prix de la personnalité de l’année. Fondé à Lyon en 1999 et également installé à Austin (Texas), Arkane a été racheté en 2021 par Microsoft, qui détenait déjà l’éditeur Zenimax (et donc Bethesda) et ses studios. «Deathloop est un jeu «chelou»» (bizarre) dont le principe n’est «pas à la portée de tout le monde» et qui a nécessité de nombreux ajustements, a déclaré M. Bakaba. Le titre était devancé en nombre de nominations par le jeu indépendant «Road 96» du studio montpelliérain DigixArt (qui a rejoint récemment le groupe Koch Media), une aventure narrative inspirée des road movies américains. «Road 96» repart avec 5 récompenses, dont le Pégase du meilleur jeu vidéo indépendant, ainsi que celui du meilleur univers sonore, de l’excellence narrative, et de la meilleure accessibilité. «C’est un plaisir de voir que les jeux indépendants trouvent une large audience», s’est félicitée l’équipe, sur scène, disant avoir «tout fait» pour donner l’impression au joueur d’agir réellement sur l’univers du jeu. Un prix récompensant le meilleur jeu étranger a été attribué à «The Forgotten City», du studio australien Modern Storyteller.
Le «Pégase» du meilleur jeu sur mobile a été décerné au jeu de stratégie «NorthGard» de Shiro Games, inspiré de l’univers des Vikings. En 2021, c’est l’équipe bordelaise d’Asobo qui avait été distinguée pour la deuxième année de suite, avec le prix de la meilleure production française décernée au simulateur de vol «Flight Simulator», qui faisait son retour après 14 ans d’absence. Les «Pégases», fondés par le syndicat national du jeu vidéo qui réunit les professionnels français du secteur sur le modèle des César pour le cinéma, sont attribués depuis 2020 à la suite d’un vote effectué par les 1.500 membres de l’Académie des arts et techniques du jeu vidéo. 85 jeux concouraient initialement dans 19 catégories, sélection réduite à trois jeux par catégorie à l’issue d’un 1er tour de vote. Le jeu vidéo est la 1ère industrie culturelle française en c.a. avec 5,3 milliards d’euros générés en 2020, selon le Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (Sell) qui publiera vendredi les chiffres pour l’année 2021.