«Le Monde» devarit passer le cap des 200.000 abonnés purement numériques fin 2019

263

Le «Monde» devrait compter 230.000 abonnés purement numériques fin 2019 contre 180.000 il y a un an, et s’attend à une légère progression de son chiffre d’affaires, indique son président Louis Dreyfus dans un entretien au magazine «Mind». «Cela représente le plus grand volume d’abonnés en ligne en France parmi les médias d’information généralistes alors que notre tarif mensuel est sensiblement supérieur», s’est félicité le président du directoire.Selon lui, «le panier moyen de l’abonné en ligne a été multiplié par deux depuis 2011», un montant estimé entre 10 et 12 euros par mois environ par «Mind». Le journal vise désormais un million d’abonnés purs numériques en 2025 grâce à un enrichissement de ses offres éditoriales et tarifaires et à l’international. A l’international, qui génère près de 25% du trafic en ligne et un peu moins de 15% du portefeuille d’abonnés numériques selon le dirigeant, le groupe compte notamment lancer des offres payantes sur mobiles dans le cadre de son offre «Le Monde Afrique». Il souhaite aussi remettre à plat son offre tarifaire: «il y aura des évolutions liées à la fois à la pratique du multi-compte – aujourd’hui souvent clandestin – et sur l’offre éditoriale, afin de mieux différencier les niveaux tarifaires d’abonnements». Au total, la diffusion payée du journal (papier + numérique) a frôlé les 335.000 exemplaires par jour en octobre, une hausse de 15% par rapport à octobre 2018, selon les dernières données de l’ACPM. Pour 2019, le groupe s’attend à un chiffre d’affaires en légère progression, soit un peu plus de 305 millions d’euros et un résultat opérationnel stable, «de l’ordre de plus 6 millions d’euros». Le dirigeant a par ailleurs confirmé le projet de fondation visant à garantir l’indépendance du groupe après la passe d’armes entre ses actionnaires Matthieu Pigasse et Xavier Niel, et précisé que le magazine «L’Obs» en ferait partie. Pour l’hebdomadaire, «l’amélioration des résultats est sensible avec un retour à l’exploitation bénéficiaire», a-t-il précisé. Les différents titres du groupe («Le Monde», «Télérama», «Courrier international», «L’Obs»…) doivent emménager tous ensemble à partir de la mi-janvier dans un même bâtiment, «dont nous serons propriétaires», ce qui «nous permettra de travailler sur une culture de groupe plus assumée et favorisera des passerelles et des partages de savoir-faire, tout en veillant à la stricte indépendance de chacune des rédactions», a-t-il encore précisé.