Le patron du groupe Iliad/Free plaide pour accélérer la fin du cuivre afin de contribuer aux économies d’électricité demandées par le gouvernement

95

Le patron du groupe Iliad/Free, Thomas Reynaud, a plaidé mardi pour l’accélération du calendrier de fermeture du réseau cuivre dans les télécoms, pour contribuer aux économies d’électricité demandées par le gouvernement.

«C’est un non-sens énergétique d’avoir deux réseaux télécoms en parallèle, l’un en fibre optique et l’autre en cuivre», a indiqué M. Reynaud devant la presse, en présentant les résultats semestriels du groupe. «Sur les zones où la fibre a été déployée», comme dans les grandes métropoles par exemple, «il faut accélérer la fermeture du cuivre», a-t-il ajouté.

Orange a présenté en février son plan de fermeture du réseau historique en cuivre, qui doit être totalement réalisée en 2030.

Le groupe prévoit une phase de transition jusqu’en 2025 pour «préparer» la fermeture du réseau avec notamment des expérimentations menées au niveau des communes, puis une phase de fermeture technique du réseau historique entre 2026 et 2030, avec le début de l’arrêt de sa commercialisation.

Ce plan «n’est pas suffisamment ambitieux» et il faut un plan «porté directement par les pouvoirs publics», a estimé M. Reynaud. Alors que le ministre du Numérique, Jean-Noël Barrot, évoquait lundi la préparation d’une «feuille de route nationale» pour un «numérique vert», M.Reynaud a indiqué que Free travaillait depuis quelque temps déjà sur la réduction de la consommation électrique.

«Nous avons beaucoup travaillé sur l’efficacité énergétique des box» et, «depuis un an par exemple, on a décidé d’éteindre certaines bandes de fréquence la nuit» sur le réseau mobile, a-t-il dit.

Les quatre opérateurs télécoms représentent ensemble un peu moins de 1% de la consommation électrique nationale, a-t-il précisé.Iliad/Free va prendre de nouvelles mesures en réponse à l’appel du gouvernement: restrictions sur le chauffage ou sur les enseignes lumineuses, campagne de sensibilisation des abonnés qui peuvent par exemple couper leur WiFi la nuit…

Le groupe soutient également le projet de loi gouvernemental sur l’accélération des énergies renouvelables, a affirmé M. Reynaud. «A deux reprises, récemment, nous avons eu deux beaux projets d’énergie renouvelables qui sont tombés à l’eau», faute d’obtenir les autorisations nécessaires, a-t-il regretté.