Le Syndicat national des journalistes s’interroge sur l’investissement hongrois dans Euronews 

51

Le Syndicat national des journalistes (SNJ), première organisation de la profession en France, a réclamé samedi une «enquête parlementaire» sur le rachat de la chaîne d’information continue européenne Euronews par des entités proches du Premier ministre hongrois Viktor Orban, révélé par une enquête de médias européens. 

Le fonds d’investissement Alpac Capital, dont le siège est au Portugal, a acquis une part majoritaire dans Euronews en juillet 2022, pour un montant d’environ 170 millions d’euros. 

La transaction a été validée par le ministère français des Finances, la chaîne, qui a son siège à Lyon, étant une entreprise de droit français dans un secteur stratégique, les médias. 

Or au moins un tiers des fonds proviennent de sources liées au nationaliste Viktor Orban, ont dévoilé jeudi le site internet d’investigation hongrois Direkt36, le quotidien français Le Monde et l’hebdomadaire portugais Expresso. «En juin 2022, au terme de six mois de délai, le ministère des Finances avait validé le rachat d’Euronews par Alpac Capital. Le SNJ s’interroge sur l’enquête menée par le ministère sur les origines réelles des fonds, et réclame l’ouverture d’une enquête parlementaire», a indiqué le SNJ dans un communiqué. 

«A deux mois des élections européennes, les élus de la République française se doivent de faire toute la lumière sur ce qui s’est passé». 

Le fonds hongrois Szechenyi, sous la tutelle d’une fondation présidée par le ministre de l’Economie Mihaly Varga au moment de la transaction, a apporté une contribution de 45 millions d’euros, selon des documents internes. 

New Land Media, principal partenaire dans les opérations de communication du cabinet Orban, a accordé un prêt de 12,5 millions d’euros à une filiale hongroise d’Alpac Capital. 

Selon une présentation PowerPoint «strictement confidentielle», l’opération visait notamment à atténuer «le biais de gauche» dans les médias européens, Euronews étant «influente sur les politiques de l’UE». 

Contacté, l’attaché de presse de M. Orban, Bertalan Havasi, a affirmé que le gouvernement n’était «pas au courant». 

Dans un communiqué, la direction d’Euronews a dit «ne pas avoir connaissance du détail de l’actionnariat du fonds contrôlant l’entreprise» mais conteste «toute idée ou suggestion d’ingérence éditoriale». 

Lancée en 1993 par une vingtaine de chaînes de télévision européennes, Euronews diffusait à l’origine en 15 langues avec 400 journalistes. 

Fournissant des informations à plus de 400 millions de foyers dans 160 pays, elle a connu des restructurations depuis 2020, avec des effectifs réduits de moitié et un redéploiment à Bruxelles, au plus près des institutions européennes.