«Leaving Neverland» dévoile le côté obscur de Michael Jackson

100

Un nouveau documentaire sur
Michael Jackson contenant de graves
accusations de pédophilie ternit
encore un peu plus la réputation du
roi de la pop, présenté comme un
prédateur sexuel au grand dam de sa
famille. «Leaving Neverland», un
document de quatre heures réalisé par
le Britannique Dan Reed, sera diffusé
en deux parties, dimanche et lundi,
aux Etats-Unis. Il est centré sur James
Safechuck, aujourd’hui âgé de 41 ans,
et Wade Robson, 36 ans, qui racontent
comment le chanteur les aurait violés
de façon répétée. Ce n’est pas la
première fois que Michael Jackson
est accusé de pédophilie. Mais le
format du documentaire, avec de
longs témoignages précis en caméra,
qui se corroborent l’un l’autre, éclaire
l’artiste sous une lumière plus crue
que jamais. «Nous avons essayé de
le faire suffisamment descriptif pour
qu’il ouvre les yeux des gens, qu’ils
soient confrontés à ce que signifie,
pour un jeune enfant, être séduit et
violé par un adulte pédophile», a
expliqué Dan Reed. «Bien sûr que
c’est choquant», reconnaît-il. «C’est
un crime très grave. Et cela ne doit pas
être minimisé.» L’histoire se répète.
De jeunes enfants sont invités par
Jackson dans son domaine californien
de Neverland à partager un peu de son
existence prétendument féérique, avec
salle de cinéma privée et train façon
parc d’attraction. Le propriétaire des
lieux gagne leur confiance et celles
de leurs parents, abuse d’eux, puis les
manipule pour les empêcher de révéler
ce dont ils ont été victimes. «C’est
comme ça qu’on se montre que nous
nous aimons», expliquait Michael
Jackson à Wade Robson, dit dans le
documentaire celui qui a rencontré le
roi de la pop à 5 ans.