Les Britanniques férus de produits dérivés de séries

64

Captivés par les séries télévisées, nombre de Britanniques veulent s’habiller comme leurs héros, si bien que les ventes de combinaisons noires de «Fleabag» ou de casquettes rétro de «Peaky Blinders» explosent au Royaume-Uni, selon la chaîne de grands magasins John Lewis. Ces chiffres confirment les tendances observées depuis plusieurs mois et dont essaient de profiter de nombreux sites en ligne et enseignes qui multiplient les ventes de produits dérivés de séries. L’enseigne haut de gamme, qui a publié mercredi son rapport 2019 sur les ventes dans ses magasins, montre combien l’apparition sur les écrans d’une nouvelle saison de série à succès se traduit par une hausse des ventes immédiates de vêtements ou accessoires portés par leurs populaires personnages. La sortie en avril 2019 de la 2ème saison de «Fleabag», centrée sur une jeune londonienne égocentrique et antisociale, s’est accompagnée d’un bond de 66% des ventes de la combinaison noire portée par l’héroïne, interprétée par l’actrice britannique multi-récompensée Phoebe Waller-Bridge, également créatrice de la série. De même, la diffusion en août et septembre sur la BBC de la 5ème saison de «Peaky Blinders», qui narre les aventures de gangsters à Birmingham au début du 20e siècle, a dopé de 25% les ventes des casquettes plates portés par les protagonistes. A un degré moindre, la chaîne a observé une hausse de 8% des ventes d’une gamme de jeans de la marque Levi’s popularisée par «Stranger Things», série fantastique de Netflix se déroulant dans les années 1980 aux Etats-Unis. John Lewis publie ce rapport sur les tendances de consommation des Britanniques dans ses magasins alors même qu’il traverse une mauvaise passe et est tombé dans le rouge au 1er semestre dans un contexte de marché déprimé pour les commerces britanniques.