Les Français et les fakes news, une relation nocive mais addictive via les réseaux sociaux (Omnicom Public Relations Group)

482

Véritable défi pour notre démocratie, les fake news ou infox ont le pouvoir de corrompre notre réalité et d’influencer l’opinion. Le premier rempart contre la désinformation et la manipulation ce sont les médias, or 72% des Français estiment que les démentis fournis par les médias sont insuffisants lorsqu’une information s’est révélée fausse. C’est ce que nous révèle un sondage opinionway mené en collaboration avec le sociologue Ronan Chastellier pour Omnicom PR Group sur les Français et les fake news. Il y aurait ainsi une imprégnation de la fausse information, le travail de vérification nécessitant un certain temps d’investigation. Le temps qu’une contre-enquête soit brièvement diffusée, la fake news a déjà été largement partagée ce qui fait qu’on serait la plupart du temps sous l’égide de la fausse information. Mais il existe un paradoxe : les français incriminent les médias pour leur manque de fiabilité et ils sont, par ailleurs, très actifs sur les réseaux sociaux où la désinformation est omniprésente.

De plus, 70% des Français estiment que les journalistes ne vérifient pas assez leurs informations. C’est probablement lié au développement croissant des chaînes d’information en continu et au besoin de «Live» qui rend le délai technique de vérification difficile. Les Français sont probablement aujourd’hui en attente d’un label leur garantissant l’authenticité de l’information. C’est la démarche de «fact checking» à l’efficacité contestée.  Pour 65% d’entre eux, les idées conspirationnistes et les théories du complot sont plus répandues sur les réseaux sociaux. On estime que la «viralité» des fake news est 6 fois supérieures aux vraies informations, d’où leur propagation et l’ambiance un peu paranoïaque qui en émanent.

Les fake news étant perçus comme un signe d’ingérence dans le processus démocratique, 74 % des Français estiment que la loi sur les fake news est nécessaire en France.  Ce souhait de régulation provient d’une prise de conscience actuelle des réels dangers des fake news, des algorithmes qui les amplifient et des menaces de manipulations de l’opinion public quand tout prend les caractéristiques d’une information fabriquée et trompeuse. En qui les Français ont-ils confiance aujourd’hui pour démentir une fausse information ? L’expert qui est pourvu à leurs yeux d’un sens critique infaillible. Il est là pour fabriquer du raisonnable et du clarifié. 20% des Français affirment s’en remettre à leurs proches, des personnes en qui ils ont confiance.

Enfin, 58% des Français estiment aussi qu’avec les réseaux sociaux, les entreprises et les hommes politiques ne peuvent plus rien cacher. Ce serait la fin d’une certaine étanchéité, tout finissant pas se savoir un jour, conclut le Sondage opinionway pour Omnicom PR Group.