Les ventes des quotidiens nationaux plombées par la crise sanitaire en avril

246

Sans surprise, les ventes des quotidiens nationaux ont été plombées par la crise sanitaire en avril, entre le confinement et la fermeture de nombreux points de ventes, à l’exception du «Monde» et des «Echos» dont la diffusion progresse fortement. «Fortement impacté dès la mi-mars, le mois d’avril a été encore plus lourdement touché par les conséquences de la crise sanitaire : confinement, arrêt des transports, points de vente fermés ainsi qu’un très massif ralentissement d’affluence de la population sur les lieux de distribution», note l’Alliance pour les chiffres de la presse et des médias (ACPM). «Malgré cela, les éditeurs ont su s’adapter rapidement et activer tous les canaux à leur disposition, comme on le constate dans la plupart des chiffres qui se maintiennent, voir progressent grâce, entre autres, à la dynamisation des offres d’abonnement», poursuit l’organisation. Dans le détail, «Les Echos» (+4,21% à 136.760 exemplaires) et «Le Monde» (+11,74% à 357.094 ex) tirent leur épingle du jeu avec des ventes (papier et numérique) en hausse en avril. Mais pour «Aujourd’hui en France» (-30,18% à 71.133 ex), «La Croix» (-6,93% à 83.145 ex), «L’Equipe» (-27,07% à 169.981 ex), «Le Figaro» (-4,62% à 302.221 ex) et «Libération» (-5,49% à 71.804 ex), avril s’est avéré plus compliqué. En moyenne, les ventes des sept quotidiens nationaux baissent de 5,98% sur un an à 1.192.138 exemplaires. Du côté des quotidiens régionaux, «Le Parisien» voit sa diffusion baisser de 9,70% à 169.751 exemplaires et «Ouest France», qui rejoint le panel mensuel de l’ACPM pour la 1ère fois, voit la sienne reculer de 5,51% à 600.128 exemplaires en avril. Parallèlement, la fréquentation des sites et applis de ces quotidiens a littéralement explosé sur la période, à l’exception de «L’Equipe» qui pâtit de l’arrêt des compétitions.