L’Inde s’apprête à imposer de nouvelles règles strictes aux réseaux sociaux américains

34

Le gouvernement indien s’apprête à imposer de nouvelles règles strictes aux réseaux sociaux américains les accusant de déséquilibre dans leur traitement des contenus litigieux. Le bras de fer du gouvernement indien avec Twitter et Facebook se poursuit par l’entrée en vigueur de nouvelles règles dans trois mois qui obligeront les réseaux sociaux, les services de streaming en ligne et les services d’information numérique à retirer tout contenu qui aura fait l’objet d’une plainte d’un individu ou d’une organisation, et ce, dans les 24 heures. Ils devront également divulguer l’origine d’un «tweet ou message malveillant» si un tribunal indien ou le gouvernement l’exige. Afin de défendre cette mesure, le ministre des Technologies de l’information, Ravi Shankar Prasad, a rappelé le refus de Twitter de retirer des messages relatifs à de violentes manifestations d’agriculteurs à New Delhi en janvier, alors que le réseau avait agi autrement lors de l’assaut du Congrès américain par des militants pro-Trump à Washington vingt jours plus tôt en supprimant des comptes. «Quand le Congrès américain à Capitol Hill est attaqué, les réseaux sociaux soutiennent l’action de la police. Mais lors d’une violente attaque contre Lal Qila (Fort Rouge, à Delhi), vous avez deux poids, deux mesures», a-t-il déclaré en qualifiant une telle politique d’«inacceptable».Le 26 janvier, jour de fête nationale en Inde, des manifestations contre des réformes agricoles avaient dégénéré en émeutes à travers la capitale, des agriculteurs avaient pris d’assaut le Fort Rouge, symbole de l’indépendance de l’Inde. Le gouvernement nationaliste hindou avait alors ordonné à Twitter de supprimer des centaines de comptes et de tweets soutenant les manifestations. Twitter avait suspendu quelques comptes de façon permanente et en vait brièvement bloqué d’autres au grand dam du gouvernement. En vertu des nouvelles règles, les réseaux sociaux devront en outre nommer un responsable de la conformité et un «agent chargé du règlement des plaintes», tous deux basés en Inde. Parallèlement, un «organisme d’autorégulation» dirigé par un fonctionnaire nommé par le gouvernement aura l’autorité de mettre en garde ou de censurer une plateforme, de la forcer à présenter des excuses ou d’inclure un «avertissement» ou une «clause de non-responsabilité» concernant du contenu. «Le gouvernement accepte la critique et le droit au désaccord, mais il est important que les utilisateurs des réseaux sociaux disposent d’une tribune pour exprimer leurs griefs contre l’utilisation abusive des dits réseaux sociaux», a ajouté le ministre.Un porte-parole de Facebook a réagi en déclarant que le groupe américain était «un allié de l’Inde» et qu’il allait «étudier soigneusement ces nouvelles règles». «Nous avons toujours dit clairement, en tant que compagnie, que nous accueillons les règlementations qui fixent des lignes directrices pour répondre aux défis les plus difficiles autour d’internet», a-t-il poursuivi. L’annonce de ces nouvelles mesures a été accueillie avec inquiétude par certains défenseurs de la liberté d’expression sur internet en Inde. «Je pense que ces nouvelles règles sont extrêmement préoccupantes car elles imposent une réglementation sur la liberté d’expression et la confidentialité sans aucune soutien juridique», a déclaré Nikhil Pahwa, fondateur d’un portail d’informations sur internet et cyberactiviste. L’Inde a régulièrement recours à la fermeture d’accès à Internet, comme ce fut le cas sur les sites des manifestations d’agriculteurs, pour limiter le partage d’informations pendant les troubles.Au classement mondial 2020 de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières, l’Inde se place au 142e rang sur 180 pays.