L’Iran va maintenir les restrictions d’accès aux populaires plateformes étrangères Instagram et WhatsApp

325

L’Iran va maintenir les restrictions d’accès à Instagram et WhatsApp, les plateformes étrangères les plus populaires dans le pays, bloquées depuis plusieurs mois en raison du mouvement de contestation, a annoncé le président Ebrahim Raïssi.

«Les deux plateformes ne seront autorisées à fonctionner que si elles disposent d’un représentant légal dans le pays pour être ainsi responsable des activités de leurs utilisateurs», a déclaré le président Raïssi à la télévision mardi soir.

Les autorités avaient imposé des restrictions drastiques sur internet et les réseaux sociaux, bloquant notamment l’accès à Instagram et WhatsApp, après le début des manifestations ayant éclaté après la mort en détention de Mahsa Amini à la mi-septembre.

Les deux plateformes appartenant à Meta, la société américaine de Mark Zuckerberg, «ont été à l’origine de l’insécurité dans le pays lors des récents émeutes», a expliqué M. Raïssi.

Mais, a-t-il ajouté, «j’ai dit aux responsables du pays que les perturbations d’internet provoquaient le mécontentement de la nation».

Des internautes espéraient un assouplissement des restrictions alors que le nombre de manifestations a baissé ces dernières semaines.

L’ancien porte-parole du gouvernement, Ali Rabii, a averti fin janvier que les activités d’«environ trois millions d’entreprises et l’emploi de 12 millions de personnes» étaient liés à internet en Iran, devenu un pays très connecté ces dernières années.

Instagram et WhatsApp étaient les applications les plus utilisées depuis le blocage des plateformes Youtube, Facebook, Telegram, Twitter et Tiktok ces dernières années.

Avant même la contestation, l’accès à internet était restreint: sans logiciel de type VPN, l’essentiel des pages web hébergées hors du pays sont inaccessibles.

Les nouvelles restrictions ont rendu difficiles l’accès au VPN.

Le ministre des Télécommunications, Issa Zarepour, a expliqué mercredi à la télévision que le blocage de Whatsapp et d’Instagram avait été approuvé par «le Conseil suprême de sécurité nationale en présence du président, du chef du pouvoir judiciaire et du chef du parlement».

Les autorités affirment que des centaines de personnes, dont des membres des forces de sécurité, ont été tuées pendant les protestations et des milliers d’autres arrêtées.