M. DE MAUBLANC (AB Groupe) : «L’ensemble de nos documentaires est destiné au marché international et aux diffuseurs français»

1280

Marie DE MAUBLANC

Responsable des antennes et de la programmation des chaînes découvertes d’AB Groupe

Dans le cadre du «Sunny Side of The Doc» qui vient de se clôturer à La Rochelle, média+ s’est entretenu avec Marie DE MAUBLANC, Responsable des antennes et de la programmation des chaînes découvertes d’AB Groupe et Responsable des productions documentaires. Tour d’horizon.

media+

Le documentaire représente-t-il toujours une place importante pour le Groupe AB ?

Marie DE MAUBLANC

Totalement ! Et notre présence au «Sunny Side» est assez légitime dans la mesure où nous sommes l’un des acteurs majeurs de la production, coproduction et achat de documentaires en France. Nous avons 9 chaînes thématiques dédiées au genre documentaire. Chaque année, nous achetons plus de 1.000 heures de documentaires auprès de distributeurs et producteurs français et étrangers. On préachète 200 heures de contenus originaux/an auprès de producteurs indépendants souvent français et parfois internationaux. Nos investissements varient de 5.000 à 15.000€ en 1ère ou 2ème fenêtre de diffusion. Concernant la production et la coproduction documentaire, nous sommes sur une centaine d’heures/an. Avec notre structure AB Productions, nous produisons également une cinquantaine d’heures de documentaires chaque année que nous développons avec des partenaires coproducteurs ou directement avec des réalisateurs. L’ensemble de nos projets est destiné au marché international et aux diffuseurs français.

media+

Comment répartissez-vous vos investissements en fonction des chaînes ?

Marie DE MAUBLANC

Science et Vie, Science et Vie Junior et Toute l’Histoire sont les trois chaînes pour lesquelles nous avons une ambition particulière. Science et Vie demande une attention propre car nous voulons qu’elle soit la plus généraliste possible. A cet effet, nous voulons des écritures ludiques et originales avec des programmes qui se rapprochent parfois des formats «pop science» anglo-saxons. Toute l’Histoire diffuse chaque année plus de 400 heures de documentaires dont 200 heures inédites. Notre programmation est axée autour des grands événements qui ont jalonné le XXème siècle et en particulier les deux Guerres Mondiales qui fascinent toujours un large public.

media+

Quels sont les territoires les plus prescripteurs dans l’achat de documentaires?

Marie DE MAUBLANC

Essentiellement les pays anglo-saxons : les Américains, les Anglais, les Australiens. Le marché européen est aussi très riche. Nous travaillons beaucoup avec les Allemands et les pays nordiques. AB Groupe est présent sur l’ensemble des marchés internationaux. Nous avons une équipe de 5 acheteurs. Nous discutons aussi bien avec les gros distributeurs de contenus (BBC Worldwide, A&E, France Télévisions Distribution,…) qu’avec les plus petits.

media+

Qu’avez-vous acquis récemment ?

Marie DE MAUBLANC

Nous avons acheté «The 80’s», une grosse collection documentaire auprès de Fremantle pour Toute L’Histoire. Nous avons aussi mis la main sur des séries comme «Mad Worlds» et «Terre Population Zéro». De plus, nous avons acheté un certain nombre de séries dédiées à la conquête spatiale qui seront diffusées dès septembre sur Science et Vie.

media+

Depuis le rachat d’AB Groupe par MediaOne, quel signal envoyez-vous ?

Marie DE MAUBLANC

Le rachat d’AB Groupe auprès du Groupe MédiaOne est un signal extrêmement positif auprès du marché. Cette ambition aura un impact sur le renforcement de notre politique documentaire. Parmi les projets, nous sommes en train de coproduire «Earth Attacks» avec Label News, un film dédié à la pollution bactérienne que l’homme pourrait laisser dans l’espace. Nous sommes en post-production de «Neo Tokyo», un documentaire sur la réalité virtuelle au Japon. Nous avons aussi une production internationale en cours avec Ideacom, «Megalocity, les folies architecturales des dictateurs». Autre projet important, «Jackie Kennedy, fighting for civil rights». Nous verrons comment l’ancienne First Lady a œuvré pour les droits des noirs dans les années 1960 aux Etats-Unis.