M. FIELD (France Télévisions) : «Nous allons raccourcir le délai entre la captation et la diffusion de spectacles»

307

La culture est l’un des éléments essentiels des engagements de France Télévisions. Le théâtre en fait partie. Pour le célébrer, France 2 proposera le lundi 13 mai, «La 31ème Nuit des Molières» avec la diffusion en Prime d’une fiction en costumes, «Brulez Molière !» (90’), suivie de l’habituelle cérémonie des Molières qui récompense le meilleur du théâtre français. A l’issue d’une conférence de presse dédiée, média+ s’est entretenu avec Michel FIELD, Directeur de l’Unité Culture et Spectacle Vivant de France Télévisions.

MEDIA +

Le théâtre reste-t-il un des piliers de votre politique à France Télévisions?

MICHEL FIELD

Dans notre cahier des charges et notre volonté d’être un médiateur de toutes les formes d’art, oui c’est un des piliers du service public. Force est de constater qu’à de rares exceptions près, les captations théâtrales ont du mal à percer le mur d’audience. Ce sont souvent des déceptions même si les pièces sont célèbres. Nous avons donc décidé d’événementialiser notre programmation en ouvrant une case dédiée au spectacle vivant le samedi soir en deuxième partie de soirée sur France 5 afin de lui donner une régularité et une visibilité.

MEDIA +

Quelle est votre première ambition sur le théâtre ?

MICHEL FIELD

Nous ouvrir à tous les genres théâtraux! Nous avons peut-être eu tendance à rester sur des pièces un peu trop classiques et traditionnelles. Takis Candilis (DG délégué à l’antenne et aux programmes de France Télévisions) le soulignait, il y a plein de formes d’expressions théâtrales nouvelles, y compris les one man shows et les stand-up dans lesquels on va essayer de s’investir.

MEDIA +

D’autres genres vous intéressent-ils?

MICHEL FIELD

Je voudrais qu’il y ait davantage de cirque dans ces formes les plus classiques mais aussi contemporaines. Je voudrais que l’on mette davantage en avant la danse contemporaine. Dans «Le Grand Échiquier», les chorégraphies contemporaines ont été les séquences les plus marquantes pour les téléspectateurs. C’est encourageant. 

MEDIA +

Comment faites-vous évoluer les captations de spectacles vivants ?

MICHEL FIELD

Tout comme le sport qui a fait sa révolution dans les captations d’événements sportifs, il faut trouver un moyen de transférer dans une création télévisuelle l’œuvre théâtrale que l’on regarde. Si nous conservons une captation basique, les passionnés de théâtre seront déçus de ne pas retrouver l’intensité du théâtre. Quant aux autres téléspectateurs, ils en seront dissuadés. C’est un vrai chantier de réflexion qui nous galvanise. Les soirées d’art vivant doivent se renouveler.

MEDIA +

Raccourcir le délai entre la captation et la diffusion, est-ce possible ?

MICHEL FIELD

Oui, nous allons essayer de raccourcir le délai entre la captation et la diffusion de spectacles. Si nous y arrivons, la curiosité sera bien plus présente. Nous allons aussi proposer de la captation en direct, notamment pendant certains festivals cet été. 

MEDIA +

Prévoyez-vous des Prime de spectacles vivants ?

MICHEL FIELD

Oui, sur France 5 cet été, nous allons alterner des captations de spectacles réalisées à Avignon, Orange et aux Francofolies.

MEDIA +

La visibilité du spectacle vivant sur France 5 reste tout de même moins puissante que sur France 2…

MICHEL FIELD

Nous allons essayer de changer cette mentalité. Dans notre état d’esprit, il n’y a plus d’un côté la grande chaîne France 2 et de l’autre, la petite chaîne France 5. On essaie de redessiner les identités de chacune des chaînes. France 5, chaîne de la connaissance et du savoir est également celle de la création artistique. Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura plus rien sur France 2. Cette dernière doit proposer des événements extrêmement puissants.

MEDIA +

Un mot sur la «Nuit des Molières» ?

MICHEL FIELD

Temps fort et attendu de la scène artistique française, la Nuit des Molières est emblématique de l’engagement de France 2 en faveur de la création théâtrale et du spectacle vivant. Nous avons conçu cette soirée comme un écrin. Le 13 mai, en première partie de soirée, le téléfilm «Brulez Molière!» nous plonge dans les arcanes du pouvoir politique et ecclésiastique de l’époque, mais aussi dans l’intimité de la vie de l’auteur. Tandis que la 31ème Nuit des Molières se déroulera au Théâtre des Folies Bergère et sera retransmise en deuxième partie de soirée. Alex Viziorek endossera le rôle de maître de cérémonie.

MEDIA +

Quid du «Grand Échiquier» ?

MICHEL FIELD

L’audience de l’émission est dans la fourchette moyenne de ce que nous pouvions espérer. En revanche, le programme est un peu trop long et trop chargé. On se réunit avec Troisième Œil Productions pour ajuster au mieux la copie. Sur cette émission trimestrielle, on consacre beaucoup de temps, d’énergie et d’argent.