M. SAADA (CANAL+) : «Le lancement d’un nouveau décodeur s’inscrit dans la relance du Groupe CANAL+»

879

Le Groupe CANAL+ a lancé jeudi dernier son décodeur dernière génération qui s’inscrit dans la relance du groupe initiée il y a plusieurs mois avec un renforcement de l’offre éditorial et le lancement de nouvelles offres. Entretien avec Maxime SAADA, Directeur général du Groupe CANAL+.

média+ : Le lancement d’un nouveau décodeur pour CANAL s’inscrit-il dans la nouvelle ambition du groupe d’être toujours au top de la technologie ?

Maxime SAADA : Absolument ! Cela faisait quelques années que nous n’avions pas lancé de nouveau décodeur. C’est pourquoi, nous avons pris les choses en main pour rattraper notre retard. Le lancement de ce décodeur satellite/internet à 8 tuners, s’inscrit dans la relance du Groupe CANAL+ initiée il y a plusieurs mois avec un renforcement continu de l’offre éditorial et le lancement de nouvelles offres, plus souples et pour la première fois avec ou sans engagement. Nous avons continué à investir énormément dans les contenus, réduit les prix d’accès à CANAL et nous nous sommes associés à Orange, Free et Bouygues Télécom dans un certain nombre de domaines. Nous ne voulions pas être en reste sur nos abonnés satellites. 2018 doit être l’année de l’expérience des contenus avec CANAL. Cela passe notamment par le nouveau décodeur, qui est très puissant, et qui va amener tout un tas de nouvelles fonctionnalités à nos abonnés.

Avez-vous dupliqué le succès de myCANAL sur le nouveau décodeur ?

 L’idée a été de profiter de tout ce que l’on a appris sur myCANAL. Téléchargée plus de 12,4 millions de fois, c’est aujourd’hui la première application de télévision en France. Un million de visiteurs uniques viennent la consulter tous les jours. On est de loin le premier média français sur internet. Tout ce que l’on a appris avec myCANAL en termes d’interface, d’accès au contenu, nous avons voulu l’appliquer au décodeur.

Les acteurs de la SVOD ont-ils été une source d’inspiration ?

 On regarde toujours ce que font tous les acteurs mondiaux, en France et à l’étranger. Mais myCANAL est quand même précurseur dans ce domaine bien avant l’arrivée d’acteurs américains en France. On a beaucoup plus de contenus de ce que peuvent proposer les plateformes actuelles.  Aucune d’entre-elles n’offre plus de 200 chaînes en live, et des milliers de contenus à la demande. Le point-clé a été d’adapter l’interface tactile de myCANAL à des écrans de télévision.

En 1 an, vous enregistrez +40% de croissance sur la consommation des contenus à la demande…

C’est un vrai phénomène. Typiquement, en plus de l’audience linéaire que l’on enregistre par exemple sur une série comme «Engrenages», plus de 500.000 personnes téléchargent chaque épisode en parallèle. Notons d’ailleurs que la plupart des séries diffusées sur CANAL+ sont disponibles immédiatement et simultanément dans leur intégralité sur «CANAL à la demande».

 Après le nouveau décodeur, quelle sera la prochaine étape ?

 Ce lancement n’est qu’un début. Nous allons pouvoir intégrer énormément de nouvelles fonctionnalités en 2018. Un nouveau mini-décodeur sera lancé dans le courant de l’année et il permettra de diffuser les contenus dans l’ensemble de la maison. Le multi-live permettra de regarder jusqu’à 4 chaînes simultanément. En plus de la commande vocale qui est déjà intégrée dans la télécommande Bluetooth, la HDR et le DOLBY ATMOS offriront une qualité de spectacle plus vraie que nature. Cela nous permet d’envisager l’avenir de manière très sereine.