M6: bénéfice net 2014 en hausse de 9,9%, malgré une année difficile

249

Le groupe de télévision M6 a publié mardi un bénéfice net annuel en hausse de 9,9% à 123,2 millions d’euros malgré une année 2014 difficile marquée par un trou d’air des audiences au premier semestre, puis un remaniement du management. Le chiffre d’affaires consolidé du groupe est quasi stable (+0,4%) à 1,257 milliard d’euros, tiré par les diversifications, alors que les revenus publicitaires des chaînes gratuites reculent de 1,7% sur l’exercice. Ce résultat net ressort supérieur au consensus des analystes publié par Factset, qui était de 117 millions d’euros, alors que l’activité est en ligne avec ces estimations. «2014 a montré notre capacité à nous adapter à des conditions de marché difficiles», a souligné Jérôme Lefébure, le directeur financier du groupe. Le groupe a réduit ses coûts de grille de programmes face à un marché de la pub TV «atone voire légèrement négatif». Il a en revanche profité de ses diversifications, dont les revenus progressent de 3,7% à 461 millions d’euros, grâce notamment à la vente à distance et à ses activités de production et droits audiovisuels. Le groupe affiche un résultat opérationnel courant en recul de 1,7% à 207,5 millions d’euros en dépit d’un redressement au second semestre.En terme de revenus publicitaires «le quatrième trimestre a été meilleur que les précédents et en ligne avec le troisième», a précisé M. Lefébure. Le groupe a dégagé des revenus publicitaires de ses chaînes gratuites en hausse de 0,7%, pour des revenus publicitaires de +1% pour l’ensemble des activités du groupe sur les trois derniers mois de l’année. Le chiffre d’affaires du 4ème trimestre se monte à 359,4 millions d’euros, en petite hausse de 0,8% avec un recul de la contribution de l’activité Production et droits audiovisuels de 9,1%. Les audiences du groupe M6 ont connu un trou d’air au premier semestre, suivi de l’échec de Rising Star, une émission de télé-crochet qui devait être son programme phare de la rentrée.  Le groupe a procédé à un important remaniement de son management, avec notamment le remplacement en décembre de sa directrice des programmes Bibiane Godfroid par Frédéric de Vincelles. Plus tôt en septembre, Robin Leproux, présenté comme un possible successeur du patron du groupe Nicolas de Tavernost, avait quitté ses fonctions de vice-président du directoire.