M6 rebondit au troisième trimestre grâce à la consommation des ménages et aux investissements des annonceurs

39

Le groupe de télévision M6 a profité durant l’été du rebond de la consommation des ménages et des investissements des annonceurs et a vu son bénéfice net du troisième trimestre, publié mardi, bondir de 66,7% à 33,6 millions d’euros.

Au troisième trimestre, le chiffre d’affaires du groupe a crû de 1,4% à 299 millions d’euros, entraîné par les recettes publicitaires (+2,6%), à la télévision comme à la radio. La déconsolidation d’une filiale de e-commerce a pesé sur les autres revenus (-2%) qui sinon augmenteraient de 12%, «tirés par l’intégration du pôle Jeunesse et la hausse des recettes de distribution cinéma», selon un communiqué.

La rentabilité du groupe sur le trimestre est revenue à son niveau d’avant la crise, a déclaré le directeur financier Jérôme Lefébure, avec un taux de marge opérationnelle courante en augmentation de 6,5 points à 18%, à la suite d’un plan d’économies «massif» sur les programmes et les coûts de fonctionnement. Au cours des neuf premiers mois de l’année, le bénéfice net du groupe a augmenté de 80,5% à 196 millions d’euros grâce notamment à des plus-values réalisées au premier semestre lors de cessions d’actifs de diversification, et à l’activité opérationnelle du 3e trimestre. Les capitaux propres du groupe ont augmenté de 215 millions d’euros sur la période, atteignant 987,9 millions d’euros fin septembre, et «permettent d’affronter toute période future avec d’autant plus de force», selon M. Lefébure. Le groupe a également remboursé l’intégralité des 180 millions de lignes de crédit qu’il avait mobilisé au début du confinement et sa trésorerie dépasse désormais de 11 millions d’euros son endettement.

«Pour octobre, nous n’avons pas d’inquiétudes. Les mesures actuelles de couvre-feu après 21h00 ne freinent pas la consommation dans les magasins», ce qui préserve les budgets pub, a dit M. Lefébure qui reste cependant «prudent» au sujet de  novembre et décembre, des mois de forte consommation pour lesquels «la visibilité sur [leur] carnet de commandes est beaucoup plus faible qu’auparavant».

Côté cinéma, après un trimestre marqué par la sortie de six films, dont le succès des Blagues de Toto, deux films prévus au quatrième trimestre été décalés: le long-métrage issu de la série Kaamelott et le thriller dramatique The Nest. M6 prévoit enfin que la plate-forme Salto qu’il a lancé le 20 octobre avec TF1 et France Télévision lui coûtera 9 millions d’euros sur son résultat net annuel, un investissement nécessaire pendant «sûrement trois exercices» avant d’avoir suffisamment d’abonnés, a expliqué Jérôme Lefébure.