Marcel Philippot, comédien, nous a quittés

1512

Le comédien Marcel Philippot, connu pour son rôle de client mécontent dans la série des années 80 «Palace», repris des années après dans des publicités pour une société d’assurance, est mort vendredi à 64 ans, a annoncé son agent Jean-Pierre Noël samedi. Marcel Philippot a été retrouvé mort à son domicile parisien, a précisé son agent. Comédien de théâtre, de cinéma et de télévision, formé au Conservatoire de Paris, il a joué des dizaines de seconds rôles, notamment dans des comédies comme «Brèves de comptoir» (pièce et film), «Le Schpountz» ou la série télé «Kaamelott». Il était membre de l’émission le «Petit théâtre de Bouvard» dans les années 80. Il a principalement tourné avec Jean-Michel Ribes, créateur de la série humoristique «Palace», diffusée sur Canal+ et la Deux à la fin des années 80, où sa réplique «Je l’aurai, un jour, je l’aurai» est devenue culte pour toute une génération de téléspectateurs. «Marcel Philippot était un être rare, avec beaucoup de délicatesse et de finesse, au-delà de sa fantaisie parfois burlesque. C’était un grand comédien, très élégant. Il va beaucoup nous manquer», a confié M. Ribes, dramaturge et directeur du théâtre du Rond-Point. «Il était l’un des sociétaires de Palace, du Théâtre sans animaux et de Brèves de comptoir que nous avons joué sur scène à Paris et en tournée et au cinéma. Il était parfait en donnant la parole aux anonymes, en incarnant ce génie du peuple, celles et ceux que l’on n’entend jamais à la télévision et à la radio», a-t-il poursuivi. «Élégant, délicat, cultivé, bienveillant, irrésistible, toujours d’attaque pour combattre l’esprit de sérieux, victime d’une dépression acharnée, mon ami l’acteur Marcel Philippot s’est donné la mort hier. Une issue de secours vient de disparaître, j’étouffe de tristesse», a-t-il aussi dit sur Twitter. Marcel Philippot travaillait ces derniers mois sur un projet de pièce porté par le comédien et metteur en scène Arnaud Denis, pour qui il avait déjà joué au théâtre de la Huchette en 2016 («Le personnage désincarné»