Murdoch voudrait Endemol, que Telefonica vendrait sous peu

    172

    Le magnat des médias australo-américain Rupert Murdoch pourrait être intéressé par l’achat d’Endemol, dont le géant des télécoms espagnols Telefonica veut se séparer, selon le quotidien espagnol «Gaceta de negocios» de mardi, qui ne cite pas ses sources. Le journal relève que cela permettrait à M. Murdoch de prendre pied sur le marché espagnol et rappelle que l’ancien chef du gouvernement espagnol, José Maria Aznar, fait partie du conseil de News Corp, la société de Rupert Murdoch. Telefonica détient 75% d’Endemol. Par ailleurs, selon le Times de mardi, qui ne cite pas ses sources, Telefonica va mettre aux enchères Endemol, valorisé à 2,6 milliards d’euros à la Bourse d’Amsterdam, dans les prochaines semaines, après avoir mandaté Merrill Lynch comme banque conseil dans ce dossier. Les fonds d’investissement Hellman & Friedman, Apax Partners, Providence, Permira, Cinven et CVC sont en train de préparer leurs offres d’achat, pour la plupart sous la forme de «management buy-out» (MBO). Début janvier, Telefonica avait organisé le regroupement dans une même entité d’Endemol et de sa filiale française Endemol France, mouvement destiné à faciliter la vente de l’ensemble. L’échéance du premier trimestre 2007 avait été évoquée pour la cession, mais Telefonica n’a jamais fourni de calendrier. Le groupe a déclaré à plusieurs reprises qu’il vendrait Endemol «lorsqu’il recevra une offre attractive». En septembre, le producteur de télévision néerlandais et fondateur d’Endemol John de Mol avait indiqué qu’il envisagerait de racheter Endemol. Il vient de racheter sur le marché 5,15% des parts d’Endemol, et selon «La Gaceta de Negocios» de lundi, il serait en négociations avec le groupe américain Walt Disney pour monter une offre commune.