N. GUERIN (Fédération Française des Télécoms) : «La 5G est un enjeu stratégique pour l’industrie française»

237

Le Conseil d’administration de la Fédération Française des Télécoms (FFTélécoms) a élu à l’unanimité, le 14 mai dernier, Nicolas Guérin, en tant que Président de la FFTélécoms. Sa prise de fonction a eu lieu le 15 juin 2020, pour un mandat jusqu’en mai 2021. Comment envisage-t-il sa présidence ? Quels sont les principaux enjeux de l’industrie ? Quelle est sa vision du déploiement de la 5G ? Rencontre avec Nicolas GUERIN, Président de la Fédération Française des Télécoms.

MEDIA +

Dans quel état d’esprit arrivez-vous à la tête de la Fédération Française des Télécoms ?

NICOLAS GUERIN

Je suis très honoré de prendre la présidence de la Fédération Française des Télécoms. Je succède à Arthur Dreyfuss qui a porté haut notre industrie dans cette période inédite. Je travaille dans ce secteur depuis près de 30 ans. J’ai pu suivre l’évolution impressionnante de cette industrie qui me passionne. Les défis sont grands et nous allons les relever tous ensemble !

MEDIA +

Comment envisagez-vous cette présidence ?

NICOLAS GUERIN

Je souhaite faire de ce mandat une année de dialogue et d’actions. Dialogue avec l’ensemble des acteurs et pouvoirs publics pour avancer ensemble sur les chantiers fondamentaux: déploiements des réseaux fixes et mobiles, inclusion numérique, environnement, protection des données, 5G… La Fédération est une instance essentielle pour les opérateurs dans un secteur très concurrentiel. Nous avons de nombreux groupes de travail sur les sujets de fonds et nous nous retrouvons sur des objectifs communs.

MEDIA +

Quels sont les dossiers prioritaires ?

NICOLAS GUERIN

Nos chantiers sont nombreux : les déploiements fixes et mobiles, la 5G, la protection des données, les enjeux sociétaux avec l’inclusion numérique, l’impact environnemental … Nous venons de lancer notre «Prix Télécoms Innovations» sur cette thématique de l’environnement et du numérique pour faire émerger des solutions innovantes dans les territoires. C’est un exemple d’action que la Fédération mène pour réunir l’ensemble des acteurs sur des sujets fondamentaux. La 4G sera généralisée sur le réseau actuel des opérateurs d’ici 2020 et d’ici fin 2022 pour les zones blanches actuelles – dont 75% d’ici fin 2020, y compris les axes routiers prioritaires. Le «New Deal Mobile» est une réalité et nous sommes tous mobilisés pour atteindre cet objectif.

MEDIA +

Combien de foyers ont-ils accès à la fibre ?

NICOLAS GUERIN

Aujourd’hui, 18,3 millions de foyers. En deux ans, 8 millions de locaux ont été rendus raccordables à la fibre (dont 4,8M en 2019). Ce chantier participe à rééquilibrer l’accès à l’internet fixe THD dans les territoires. L’engagement des opérateurs sur ce chantier est réel et d’une importance majeure pour la cohésion des usages numériques dans les territoires, la compétitivité de nos entreprises, et enfin pour nos services publics.

MEDIA +

Quel est l’impact réel de la crise sanitaire sur l’industrie des télécoms?

NICOLAS GUERIN

La crise inédite que nous traversons révèle que notre industrie est un secteur d’importance vitale de l’économie. Les opérateurs ont fait preuve d’une mobilisation sans précédent pendant le confinement, pour continuer à assurer nos activités au quotidien, la stabilité des réseaux, et autant que cela était possible, le maintien des déploiements fixes comme mobiles pendant le confinement. La mobilisation exceptionnelle des opérateurs s’est faite aussi en solidarité avec la filière industrielle (sous-traitants et fournisseurs). Bien entendu, la crise sanitaire est nécessairement venue impacter l’intensité de nos activités et notre rythme de production – mais comme pour tous les secteurs de notre pays. Pour la fibre, début 2020, la dynamique exceptionnelle de production de près de 15.000 prises raccordables par semaine a été stoppée par la crise sanitaire. Aujourd’hui, nous estimons notre capacité de déploiement entre 30 et 50% compte tenu de l’ensemble des contraintes auxquelles le secteur est confronté. Ce ralentissement de l’activité aura des impacts sur le chiffre d’affaires global du secteur et sur le niveau des investissements. Notre mobilisation est totale pour déployer les réseaux fixes et mobiles, c’est un investissement sans précédant avec 10 milliards investis en 2019.

MEDIA +

L’arrivée de la 5G est décriée par certains. Son déploiement est-il une priorité ?

NICOLAS GUERIN

Les opérateurs de la FFTélécoms sont conscients des questions soulevées par l’arrivée de la technologie 5G en France et souhaitent que tous les acteurs s’emparent rapidement du sujet pour répondre aux interrogations des élus et citoyens. Ils rappellent que la 5G est un enjeu stratégique pour l’industrie française, la compétitivité de notre économie, l’innovation et pour des services publics rénovés. C’est pourquoi la France s’est dotée d’une feuille de route ambitieuse pour le déploiement de la 5G dans laquelle s‘inscrivent pleinement les opérateurs. Mais pour les opérateurs, l’acceptabilité sociale et environnementale est une condition du succès du déploiement de la 5G.

MEDIA +

Un débat démocratique doit donc avoir lieu sur la 5G ?

NICOLAS GUERIN

Oui, le débat démocratique doit avoir lieu avec sérénité sur l’ensemble des sujets liés à la 5G. Le besoin de pédagogie est grand et légitime mais il doit se faire sur la base de faits scientifiques et fondés. Des agences sanitaires internationales et nationales s’accordent pour affirmer l’innocuité des radiofréquences de la téléphonie en dessous des seuils autorisés. L’Anses doit rendre ses conclusions prochainement. L’ARCEP lance une consultation sur la 5G. L’ANFR participe à des expérimentations. Chacune de ces autorités aux compétences reconnues pourront ainsi nourrir un débat que nous voulons transparent pour apaiser toutes les craintes. Les pouvoirs publics doivent jouer leur rôle en provoquant ces discussions et échanges avec l’ensemble des citoyens et des acteurs. La FFTélécoms et les opérateurs répondront, à ce titre, toujours présents.