N. PAQUET (SONY) : «L’industrie des médias s’inscrit dans une dynamique constante»

535

Le rapport de The Future Laboratory et de Sony montre comment l’année 2022 va bouleverser le monde des médias et du broadcast en raison de l’évolution rapide des attentes des consommateurs. Pour nous détailler l’étude, média+ s’est entretenu avec Norbert PAQUET, Responsable produits chez Sony Professional Solutions Europe.

media+

2022, une année qui va bouleverser le monde des médias et du broadcast ?

Norbert PAQUET

Le bouleversement est permanent. L’industrie des médias s’inscrit dans une dynamique constante. La création de contenus pour capter les audiences et les intérêts doit être innovante. Le vrai chamboulement porte sur la manière de consommer les médias. Elle se fait de manière beaucoup plus diverse, un peu partout et tout le temps. En quelques années, internet a permis d’avoir de nouveaux canaux de distribution de contenus. Cette perspective va continuer à se consolider. Aujourd’hui, on ne fait plus un contenu pour un support. De plus, la création de contenus se diversifie. Nous pouvons tous devenir créateurs de contenus de manière assez simple, ce qui permet ainsi de créer de nouveaux usages via des groupes communautaires digitaux. 2022 s’inscrit donc dans une continuité avec la consolidation de thématiques déjà existantes depuis une dizaine d’années. La pandémie a créé une accélération de la consommation digitale. Il y a accentuation d’événements phygitaux qui mixent le digital et le physique. Finalement, 2022 ne va pas être une révolution avec un point de rupture dans la création de contenus et la consommation. En revanche, nous voyons apparaître une consolidation des techniques de productions qui ont été adoptées pendant le Covid. Typiquement, les souscriptions aux plateformes de SVOD ont explosé, tout comme la consommation des écrans. En tant que constructeur, SONY s’adapte aux nouvelles méthodes de travail. Nous fournissons des solutions qui, sur chaque étape de la chaîne de valeur, permettent de répondre à toutes ces problématiques de création, de gestion des contenus, de diffusion et de pérennisation. Tout cela dans des modèles économiques qui se doivent être pérennes.

media+

Quelles sont les nouvelles attentes des consommateurs ?

Norbert PAQUET

L’ultra-connectivité est bien présente. Quel que soit l’endroit et la plateforme, les consommateurs veulent accéder facilement aux contenus. C’est une tendance qui n’est pas vraiment nouvelle mais qui s’est accélérée. C’est un point d’attention particulier sur lequel nous devons continuer à travailler avec nos clients. Nous regardons aussi la notion «communautaire» dans le sens positif du terme. Aujourd’hui, nous avons accès plus facilement à des contenus de communautés via des initiatives individuelles ou d’entreprises, pour une meilleure personnalisation. L’offre linéaire où l’on doit zapper pour trouver ce que l’on veut vient se substituer à la sélection d’un contenu. La notion d’interaction vis-à-vis de la communauté est aussi à prendre en compte. Les gens ne veulent plus simplement recevoir des contenus, ils souhaitent pouvoir y contribuer par leur propre contenu (TikTok, Snapchat, Instagram,…). Autres attentes des consommateurs, lutter contre les Fake News avec des outils efficaces, conserver une diversité dans les programmes et savoir les modérer. Il y a des enjeux technologiques pour gérer tout ça.

media+

Comment SONY se positionne-t-il pour les années à venir ?

Norbert PAQUET

Notre feuille de route s’articule autour de grands axes. D’une part, l’impact écologique. En tant que manufacturier, nous fabriquons encore beaucoup de produits hardware et physiques. Et nous faisons en sorte que nos process de fabrication : du sourcing des matériaux, à la consommation des usines, en passant par les produits finaux, respectent les enjeux écologiques. C’est une attente des clients mais aussi des consommateurs. Nous travaillons avec beaucoup d’organisations qui nous demandent de réduire leur impact carbone, dans les process de fabrication d’une émission de télévision, d’un match de football ou d’un film. Le deuxième enjeu est technologique. Nous devons y répondre par le biais de la connectivité, du cloud et des process d’intelligence artificielle qui peuvent aider à l’amélioration et à l’efficacité des productions de contenus. Enfin, le troisième axe est propre à l’ADN de SONY, à savoir s’adapter aux dernières tendances du marché. C’est une notion d’agilité en termes d’organisation, d’infrastructure et de process pour que notre feuille de route puisse s’adapter aux changements prévus et imprévus. Nous devons être à l’écoute des consommateurs et de nos clients professionnels pour comprendre les enjeux de demain qui ne sont pas forcément visibles. Nous adoptons nos produits et nos solutions à ces enjeux.