«On est déjà en train d’exécuter France Ô», Georges Pau-Langevin

208

La députée PS de Paris Georges Pau-Langevin a estimé que
France Ô, chaîne dédiée aux
Outre-mer qui doit disparaitre de la
TNT en 2020, était déjà en train d’être
«exécutée», alors que la mission
parlementaire chargée de réfléchir à
son avenir n’a pas débuté. Le groupe
France Télévisions a annoncé à l’été
2018 qu’il allait supprimer de la TNT
France Ô. La présidente de France
Télévisions, Delphine Ernotte, a
précisé en octobre que l’arrêt de la
chaîne serait l’occasion de renforcer
la présence de l’Outre-mer sur les
autres chaînes. Mme Pau-Langevin,
co-rapporteur d’une mission lancée
par la délégation aux Outre-mer de
l’Assemblée nationale sur l’avenir de
France Ô, a annoncé qu’elle se retirait
de cette mission. Alors que l’ancienne
ministre des Outre-mer espérait
«pouvoir examiner des solutions
alternatives, on s’aperçoit que ça
traîne, que la délégation aux Outre-mer
n’a pas les moyens de lancer vraiment
cette mission et que par conséquent, on
se retrouve avec une mission» qui va
«devoir un jour avaliser des décisions
qui (…) auront été déjà mises à
exécution», a-t-elle dit vendredi sur
France Inter. «Avant même de faire
(…) la concertation concernant la
représentation de l’Outre-mer sur les
grandes chaînes, on est déjà en train
d’exécuter France Ô», a poursuivi
la députée. «On voit bien qu’ils sont
en train de vider l’antenne de sa
substance, les émissions ne sont plus
programmées, les journalistes et les
cadres sont mutés, par conséquent,
lorsque l’assemblée va pouvoir se
saisir de ce dossier, il n’y aura plus
rien à sauver», a-t-elle ajouté. «Je ne
peux travailler sur le sujet une fois que
toutes les décisions auront été prises,
voire exécutées», a-t-elle écrit au
président de la délégation aux Outremer,
le député Olivier Serva, pour
annoncer son départ de la mission.
Mme Pau-Langevin s’est aussi
inquiétée pour le directeur de la chaîne
Polynésie La 1ere (du réseau de neuf
chaînes locales publiques outre-mer),
convoqué à un entretien préalable à
licenciement. Selon les syndicats, il lui
est reproché d’avoir déclaré au journal
Le Monde que «les gens de France
2 sont perçus comme les seigneurs,
ceux de France 3 comme les paysans
et l’Outre-mer, comme les +glandus+
sous les cocotiers». Le projet de
loi sur la réforme de l’audiovisuel
public doit être présenté à l’été.