P. BAILLY (NPA Conseil) : «Trois Français sur dix n’utilisent jamais le replay»

53

Le Baromètre OTT NPA Conseil / Harris Interactive vient d’être publié. Pour cette édition, un focus a été réalisé sur la place et les perspectives de l’AVoD. L’occasion pour média+ d’échanger avec Philippe BAILLY, Président NPA Conseil.

media+

Quels sont les principaux résultats de votre baromètre OTT ?

Philippe BAILLY

Alors que l’AVoD fait figure de nouvel eldorado de la vidéo à la demande, trois Français sur dix affirment encore qu’ils n’utilisent jamais les plateformes de rattrapage des principaux groupes de télévision nationaux comme 6Play, ARTE.tv, France.tv et myTF1. Ils sont moins d’un quart à déclarer qu’ils les utilisent quotidiennement ou presque. Si 6Play et myTF1 sont ceux qui comptent le plus d’utilisateurs assidus, leur proportion reste inférieure à 15% pour chacun des services. Et à l’inverse, plus d’un Français sur deux déclare ne jamais utiliser France.tv. Ces résultats sont issus de notre Baromètre OTT, avec Harris Interactive.

media+

Les Français abonnés à un service SVoD sont-ils plus attirés par l’AVoD ?

Philippe BAILLY

En effet, on note que les Français qui sont abonnés à un service de SVoD utilisent beaucoup plus que les autres le replay (78,9%, soit près de neuf points de plus que la moyenne). A la différence de la SVoD, l’âge n’apparaît pas comme une variable discriminante.

media+

Quand s’opère le rattrapage ?

Philippe BAILLY

Comme pour l’ensemble des usages audiovisuels, le Prime Time représente le moment privilégié pour utiliser les plateformes de replay, alors que la matinée et le début d’après-midi constituent des moments creux. Et comme pour la SVoD, le deuxième temps fort se situe en deuxième partie de soirée, au moment où l’offre des chaînes linéaires se fait moins consistante, et permet de rattraper des programmes dont on a raté la diffusion en direct.

media+

Une plateforme d’AVoD est-elle utile ?

Philippe BAILLY

Concernant les plateformes d’AVoD, 64,5% des catch uppers (utilisateurs de la TV de rattrapage) jugent qu’elles ne sont pas utiles, mais 72,6% considèrent aussi qu’elles peuvent permettre de découvrir de nouveaux programmes sans avoir besoin de s’abonner. Autrement dit, elles ne sont pas indispensables, mais pourquoi s’en priver si l’accès en est gratuit. Pour rappel, Molotov vient de lancer sa propre plateforme d’AVoD, Mango.

media+

Comment ancrer ses plateformes dans les usages ?

Philippe BAILLY

Le développement d’une offre de programmes originaux, comme peut le proposer une plateforme comme Hulu ou Peacock aux États-Unis, pourrait les aider à s’ancrer dans les usages. Selon notre baromètre, 66,4% des catch uppers se déclarent intéressés. Néanmoins, ils devront en parallèle livrer une importante bataille de communication pour développer leur notoriété. Parmi les pure players qui ont commencé à développer ce type de promesse en France, ou qui prévoient de s’y implanter prochainement, aucun de ces acteurs ne dépasse les 5% de notoriété assistée, à l’exception de Rakuten TV, qui bénéficie très vraisemblablement de confusions par rapport à la plateforme de e-commerce dont il est la filiale.