P. BLANC (Rakuten Advertising) : «L’AVOD est un modèle gagnant pour les consommateurs et les marques»

1017

En France, le marché de la SVOD s’est agrandi avec l’arrivée de Disney+. Cette nouvelle plateforme a opté pour une approche tarifaire très attractive pour son lancement en pleine période de confinement. Une stratégie qui selon Rakuten Advertising, «montre à quel point le marché des acteurs de la VOD est engorgé, et de l’importance de se démarquer par la qualité du contenu mais aussi avec un prix attractif». Analyse du secteur avec Paul BLANC, VP Sales France à Rakuten Advertising.

MEDIA +

La profusion de plateformes de SVOD joue-t-elle vraiment en faveur du consommateur ?

PAUL BLANC

Avec la profusion d’offres qui arrivent sur le marché, le consommateur a l’embarrât du choix. S’il combine les abonnements, ça impactera logiquement son portefeuille. Néanmoins, ce phénomène correspond davantage à une tendance de fond et à un désir des consommateurs de se tourner vers des plateformes de streaming, qu’elles soient transactionnelles ou sur la base de souscriptions. Les offres de SVOD font face à une télévision traditionnelle dont on sait qu’une grande partie de la nouvelle génération se détache pour consommer du contenu à la demande. Le véritable intérêt pour le consommateur est de pouvoir accéder à ce qu’il souhaite, quand il le souhaite, avec ou sans publicité.

MEDIA +

Qu’en est-il de FilmoMag ?

PAUL BLANC

L’offre de FilmoTV n’est pas un simple catalogue de films en vrac. Grâce à FilmoMag, ce sont plusieurs milliers de présentations de films et des centaines d’interviews inédites de réalisateurs et de témoignages mises à disposition des spectateurs… Pendant cette période de confinement, nous ne pouvons plus tourner de manière traditionnelle, nous nous adaptons avec des vidéos tournées depuis les appartements des journalistes et chroniqueurs.

MEDIA +

La majorité des consommateurs peuvent-ils s’abonner simultanément à toutes les offres disponibles ?

PAUL BLANC

C’est peu probable ! Même si la France est un marché où la télévision à péage a une place importante. De Canal+ à OCS en passant par la fragmentation de l’offre sportive au travers de beIN Sports, RMC Sport et Eurosport, les consommateurs français sont enclins à s’abonner pour accéder à des contenus de qualité. Mais selon les dernières observations, il n’est pas vraisemblable qu’un foyer additionne l’abonnement de Netflix, d’Amazon Prime Video, de Disney+ sans oublier les nouveaux acteurs qui arrivent bientôt avec des contenus similaires

MEDIA +

Pendant longtemps, Netflix est resté le seul acteur à proposer cette approche «on demand»…

PAUL BLANC

Mais sa seule présence n’est plus suffisante. Netflix a des contenus très orientés «séries» alors que des plateformes à la demande comme Rakuten TV s’orientent davantage vers les films.  

MEDIA +

Dans cet environnement de streaming, la Smart TV s’impose-t-elle ?

PAUL BLANC

Absolument ! De plus en plus de foyers sont équipés de télévisions nouvelle génération qui intègrent des applications comme Netflix, YouTube, Rakuten TV ou bientôt Disney+. C’est une nouvelle manière de consommer la télévision grâce à une plateforme qui prend en compte vos désirs et vos choix de contenus.

MEDIA +

Qui va tirer son épingle du jeu ?

PAUL BLANC

La réglementation autour du contenu cinématographique est assez exigeante. La chronologie des médias ne permet pas d’exploiter un film entre 15 et 17 mois après sa sortie en salles. De plus, l’exploitation des films coute cher. Cela risque donc de profiter plutôt aux gros acteurs. Les petites plateformes quant à elles, pourront proposer des contenus différents qui pourront malgré tout être complémentaires de l’offre des plus gros.   

MEDIA +

Que vous inspire cette guerre de la SVOD ?

PAUL BLANC

Cette concurrence va profiter aux consommateurs. Ils vont avoir accès plus facilement à du contenu de qualité, qui leur ressemble et qu’ils souhaitent consommer. Il y a donc une vraie amélioration du marché et un intérêt pour chacun.

MEDIA +

Le modèle de l’AVOD est-il un compromis dans le secteur pour toucher une audience plutôt jeune ?

PAUL BLANC

C’est indéniable ! Les annonceurs jouent une partie importante dans l’émergence des nouveaux modes de consommation. Ils ont la capacité d’aller toucher des nouvelles audiences. Pour les marques en quête d’un public qui se détourne de plus en plus de la télévision, le modèle de l’AVOD est un compromis qui leur permet de toucher une audience jeune grâce à un contenu personnalisé, le tout dans un environnement sécurisé qui favorise le consentement de l’utilisateur. Un modèle gagnant-gagnant pour les spectateurs et les annonceurs.