Pascal BONNET (VIZ Media Europe): «Yo-Kai Watch la franchise phénomène au Japon débarque en France »

342

«Yo-Kai Watch» est une franchise 360° qui débarque bientôt en Europe. Véritable phénomène au Japon, cette licence est déclinée en série TV, jeux vidéo et jouets. Les détails avec Pascal BONNET, Senior Director Animation Films/TV Sales & Licensing chez VIZ Media Europe.

media+

En charge du déploiement de la licence «Yo-Kai Watch» en Europe, comment le groupe VIZ Media Europe déploie-t-il ses activités ?

Pascal BONNET

VIZ Media est un groupe de divertissement japonais implanté en Europe depuis 2007. Notre mission est de promouvoir à la fois les bandes dessinées ainsi que l’audiovisuel japonais (longs métrages et séries d’animation). Sur les mangas, nous détenons les droits d’édition au niveau européen de titres comme «Pokémon», «One Piece» ou «Dragon Ball». On licencie ce contenu à des éditeurs. De ces mangas, des séries d’animation et des produits dérivés sont crées. Nous détenons 150 longs métrages doublés en français, une centaine en Allemagne et une cinquantaine au niveau européen. Nous avons remporté des prix au festival d’animation d’Annecy. Ces contenus sont diffusés sur Arte, France Télévisions, ZDF, Cartoon Network, etc. Nous possédons également 3.500 heures de programmes animés essentiellement destinés aux enfants et adolescents. Nous annoncerons prochainement de nouvelles acquisitions. L’idée est de récupérer tous les deux ans une franchise à fort potentiel.

media+

Installer en Europe de nouvelles licences japonaises, est-ce de plus en plus rare ?

Pascal BONNET

Les franchises ayant la capacité d’être distribuées en Europe sur plusieurs supports ne sont pas très nombreuses. La dernière en date est «Yo-Kai Watch». Créée par le studio japonais LEVEL-5 et distribuée en Europe par VIZ Media Europe, cette franchise 360° est devenue l’une des plus populaires auprès des enfants de 4 à 12 ans au Japon. La série animée est n°1 sur TV Tokyo, les jeux vidéo se sont vendus à plus de 10 millions d’exemplaires, les produits dérivés ont généré plus de 2 milliards d’euros sur le territoire et le long métrage à même dépassé «Star Wars».

media+

Céder une licence en TV payante, puis en gratuit, est-ce un circuit toujours aussi naturel ?

Pascal BONNET

Bien sûr, car nous ne pouvons pas passer du gratuit au payant. Les chaînes de Pay TV sont très efficaces dans le marketing, notamment pour installer une franchise. Elles sont capables de fédérer les enfants, d’animer la marque sur internet ou à travers leur communauté. Si nous étions passés directement en télévision gratuite pour «Yo-Kai Watch»– ce qui est souvent le cas – nous aurions eu un manque à gagner. Mais il y avait une volonté de notre part, de coordonner en Europe un lancement avec un grand réseau américain. Le groupe Turner à la capacité de déployer un programme sur 70 pays, en Europe comme en Afrique. Avec 26X26’, la 1ère saison de «Yo-Kai Watch» sera diffusée en Europe sur Boing dès le 11 avril, sur Gulli à partir du 29 août et Cartoon Network dès mars 2017.

media+

La télévision est-elle encore le média porteur pour installer d’une marque ?

Pascal BONNET

En 2016, la télévision reste le vecteur le plus important à la fois pour la distribution mais aussi pour les parents. Dans le futur, le développement de YouTube, des plateformes de SVOD et d’autres exploitations va changer la donne et perturber l’écosystème. L’impact aujourd’hui de Netflix ou de YouTube sur des propriétés merchandising reste anecdotique mais commence à émerger aux Etats-Unis.