Pearson et GE envisageraient de s’allier pour racheter le «Wall Street Journal»

    206

    Le groupe britannique Pearson, propriétaire du quotidien «Financial Times», envisage de former une société commune avec General Electric pour faire une contre-offre sur Dow Jones, l’éditeur du «Wall Street Journal», convoité par le magnat Rupert Murdoch, affirment dimanche le FT et le WSJ dans leur édition en ligne. Le conglomérat américain doit prendre une décision «dans les prochains jours», écrit le «Financial Times», qui signale toutefois que les pourparlers sont à un stade préliminaire et peuvent être interrompus. Dans le schéma envisagé, la famille Bancroft, propriétaire du groupe d’information financière Dow Jones & Co, disposerait d’une part minoritaire de 10 à 20% dans la société commune, dont chacun des acheteurs détiendrait entre 40 et 45%. Le FT, joyau du groupe Pearson, dispute au WSJ la place de premier journal économique mondial. Il est plus fort en Europe, alors que le WSJ est plus puissant aux Etats-Unis. Pearson possède aussi notamment la maison d’édition Penguin. News Corp. a proposé 5 milliards de dollars pour racheter le groupe d’information financière Dow Jones & Co, propriété de la famille Bancroft, et maison mère du «Wall Street Journal». Les Bancroft avaient dans un premier temps refusé cette offre avant de réclamer des garanties sur l’indépendance éditoriale du WSJ, que Rupert Murdoch a jugées exagérées. Cette semaine, la famille a continué à proposer à News Corp. la création d’un «comité spécial» chargé de préserver l’indépendance du Wall Street Journal, en cas de vente, toujours selon le WSJ.