Perquisitions à l’AEF et France 24: la direction «consternée» et «indignée»

119

La direction de l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF) s’est dite mardi soir «consternée par l’ampleur des moyens déployés» pour les perquisitions menées à son siège et chez France 24, dans un communiqué. Des perquisitions ont été menées mardi dans les locaux de l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF) et de France 24 à Issy-les-Moulineaux, ainsi qu’aux domiciles de plusieurs dirigeants dont celui d’Alain de Pouzilhac, a affirmé mardi son avocat Me Olivier Metzner. «La direction de l’AEF est, comme vous tous, consternée par l’ampleur des moyens déployés pour la perquisition menée dans nos locaux et au sein même de la rédaction de France 24 par le parquet de Nanterre dans le cadre de la plainte contre X pour harcèlement moral déposée par la directrice générale déléguée», affirme dans ce communiqué le président de l’AEF, Alain de Pouzilhac. Fin mars, Christine Ockrent, directrice générale déléguée, avait déposé une plainte contre X pour «harcèlement moral», visant sans le nommer Alain de Pouzilhac, «qui n’a de cesse d’orchestrer» contre elle «une véritable politique d’ostracisme», selon le contenu de la plainte. L’AEF, qui chapeaute France 24, RFI et une partie de TV5 Monde, partage «l’indignation de la société des journalistes face aux graves perturbations des conditions de travail occasionnées par la présence de plus de 20 enquêteurs et de deux substituts du procureur depuis ce matin à France 24 et à l’Audiovisuel Extérieur de la France».