Poutine autorise le rachat de la participation de Nokia dans une coentreprise russe

168

Le président Vladimir Poutine a autorisé mercredi le géant public russe des télécommunications Rostelecom à racheter la participation de l’opérateur mobile finlandais Nokia dans une coentreprise russe. En vertu des mesures adoptées en réponse aux sanctions occidentales, M. Poutine doit approuver toute transaction impliquant le retrait d’une entreprise occidentale opérant dans des secteurs de l’économie que Moscou considère comme stratégiquement importants. Dans un décret publié mercredi, M. Poutine a autorisé une filiale de Rostelecom à racheter les 49% de parts détenues par Nokia dans une coentreprise appelée RTC – Network Technologies, lancée en 2018. Cette coentreprise visait à développer les investissements dans les «technologies de pointe» liées à des domaines tels que la 5G et les objets connectés, selon un communiqué de l’époque. Nokia avait annoncé en avril 2022 qu’il quitterait le marché russe, comme plusieurs autres grands groupes occidentaux, face à l’assaut lancé par Moscou contre l’Ukraine. Après le gel de ses actifs en Occident et les sanctions adoptées à son encontre, la Russie a placé un certain nombre de sociétés occidentales sous le contrôle «temporaire» de l’Etat, des mesures dénoncées par certaines de ces sociétés et par des responsables occidentaux comme une nationalisation illégale. En mai, la justice a ordonné la saisie des centaines de millions d’euros d’actifs de la banque italienne UniCredit et de la banque allemande Deutsche Bank en Russie, à la requête d’une entreprise gazière russe.