Publicité: le groupe en ligne Criteo a revu à la baisse sa prévision annuelle de croissance, après avoir souffert du contexte macroéconomique

24

Le groupe de publicité en ligne Criteo a revu à la baisse sa prévision annuelle de croissance, après avoir souffert au premier trimestre du contexte macroéconomique, et a reporté l’acquisition d’Iponweb dont des ingénieurs étaient installés en Russie, a-t-il annoncé mercredi.
«Nous avons procédé à un examen des plans de continuité des activités d’Iponweb et de l’avancement de la relocalisation prévue de ses ressources d’ingénierie basées en Russie», a déclaré la directrice générale de Criteo, Megan Clarken, lors d’une conférence téléphonique avec des analystes.
«Nous sommes encouragés par le fait qu’Iponweb prend les mesures appropriées et a constaté une perturbation minimale de ses activités. Nous sommes en discussion étroite avec l’équipe d’Iponweb pour restructurer la transaction proposée», a-t-elle poursuivi.
Annoncée en décembre, l’acquisition de la plateforme technologique britannique Iponweb pour 380 millions de dollars -la plus grosse opération de Criteo à ce jour- devait initialement être finalisée au premier trimestre et avait pour but d’aider l’ex-fleuron de la «French Tech» à réduire sa dépendance aux cookies publicitaires. Sur les trois premiers mois de l’année, Criteo a vu son c.a. chuter de 6%, à 511 millions de dollars, et son bénéfice net reculer de 8%, à 21 millions d’euros. Il attend désormais une évolution de ses recettes hors reversements aux partenaires (ex-TAC) entre +8% et +10% sur l’année hors effets de change, contre +10% à +12% auparavant.
Cette prévision intègre notamment une baisse des recettes liée à la réglementation sur la vie privée et au blocage des cookies, estimée à 55 millions de dollars, selon une présentation diffusée aux investisseurs.
Selon ce même document, le manque à gagner lié à la suspension des activités en Russie est estimé sur l’année à 9 millions de dollars. Le groupe, coté au Nasdaq à New York, dit continuer d’avancer «à pleine vapeur» dans sa transformation vers la publicité sur les sites de commerce en ligne, une stratégie présentée comme la «prochaine grande évolution dans le monde de la publicité», d’après Megan Clarken.
Les recettes hors reversements aux partenaires étaient au 1er trimestre en croissance de 2% à 217 millions de dollars, conformément aux prévisions, et le bénéfice opérationnel (Ebitda) a même dépassé celles-ci, à 63 millions de dollars. Le groupe a poursuivi durant le trimestre ses rachats d’action afin de soutenir le cours de son titre.