S. BASSET (TV5Monde Afrique): « Notre grille est composée à 20% de productions africaines »

327

Aujourd’hui, TV5MONDE Afrique est à la fois la plus regardée et la plus thématisée des 9 antennes généralistes du groupe. Elle reste la première chaîne panafricaine en français (sous-titrée en anglais), coproductrice de nombreuses séries africaines, du cinéma africain, de sa musique, etc. La chaîne s’est engagée récemment dans sa transformation numérique de manière à servir tous ses publics en mobilité et à s’adapter aux nouveaux usages. Rencontre avec Sandra BASSET, Responsable adjointe du pôle programme Afrique et Responsable des Séries Africaines à TV5MONDE. 

MEDIA +

TV5MONDE joue un rôle majeur en Afrique, notamment auprès des jeunes. Comment la chaîne s’est-elle positionnée ?

SANDRA BASSET

TV5MONDE fait partie du paysage audiovisuel en Afrique depuis 25 ans. C’est l’une des 9 chaînes régionales du groupe TV5MONDE et celle qui génère le plus d’audience. La chaîne a été régionalisée au fil des années avec des productions africaines pour répondre à l’attente du téléspectateur. Notre grille de programmes est aujourd’hui composée à 20% de productions locales. Cette régionalisation de la grille nous permet de promouvoir la création audiovisuelle francophone à l’international. C’est un challenge de tous les jours.

MEDIA +

Comment est distribuée  TV5MONDE Afrique ?

SANDRA BASSET

Nous sommes distribués dans 48 pays sur le territoire africain, reçus dans 50 millions de foyers et avec une audience cumulée hebdomadaire de 30 millions de téléspectateurs.

MEDIA +

Quels sont les programmes les plus fédérateurs ?

SANDRA BASSET

62% des téléspectateurs regardent régulièrement nos fictions africaines. Ces dernières sont diffusées en Access Prime Time et rediffusées le lendemain matin. TV5MONDE en Afrique reste en tête des chaînes les plus regardées auprès des + de 30 ans et des actifs. Nous sommes reconnus par les téléspectateurs comme étant la «meilleure chaîne pour l’actualité africaine». Une fidélité s’est installée au fil des années.

MEDIA +

Début 2017, TV5MONDE s’est engagée dans sa transformation numérique. Quel bilan dressez-vous aujourd’hui ?

SANDRA BASSET

Nous avons en effet décidé de redéployer l’offre numérique. Elle regroupe l’ensemble de nos programmes, mais aussi nos 20% de productions africaines. L’offre (afrique.tv5monde.com) est dédiée à l’Afrique mais accessible aussi dans le monde entier. Cette offre numérique est consommée à 75% sur le continent africain et à 85% depuis la téléphonie mobile, notamment par le biais des systèmes d’exploitation Android. Depuis le lancement de cette offre, 10 millions de visites ont été enregistrées et 1 million de téléchargements en 1 an. Ce qui fonctionne le mieux, ce sont l’actualité et les séries africaines.

MEDIA +

Quelle politique pour le développement des séries africaines?

SANDRA BASSET

C’est un vaste programme. Sous l’impulsion d’Yves Bigot, directeur général de TV5MONDE, nous voulons proposer des fictions dans l’air du temps. Selon la ligne éditoriale de TV5MONDE, nous travaillons avec nos partenaires en Afrique francophones (producteurs, distributeurs, diffuseurs) pour proposer des programmes en langue française. Les thématiques abordées reflètent les réalités quotidiennes africaines. L’idée est de mettre en avant des spécificités culturelles propres à chaque pays : la cybercriminalité avec «Brouteur.com», la bonne gouvernance dans «Mpangi’Ami», l’adoption et la stérilité avec «Fabiola», la santé maternelle et infantile dans «C’est la Vie» ou encore la médecine traditionnelle face à la médecine moderne dans «Hospital IT». En majorité, ce sont des séries de 26’. Nous travaillons également sur des formats de 13 et 45’, cette fois-ci en coproduction pour le Prime Time. Nous avons réussi à soutenir l’industrialisation de la production de la série courte humoristique «Parents Mode d’Emploi» au Gabon, la version africaine de la série de France 2. Depuis 1 an et demi, nous avons lancé sur TV5Monde Afrique, 18 séries africaines en provenance d’une dizaine de pays d’Afrique. 75% sont cofinancées par notre chaîne et 70% sont des premières diffusions exclusives.

MEDIA +

Êtes-vous dans cette même dynamique sur la création de magazines ?

SANDRA BASSET

Toute proportion gardée, nous avons lancé deux magazines en septembre : «Bonne santé» dédié à la santé et au bien-être, ainsi que «Les Maternelles d’Afrique» (inspiré du magazine de France 5, ndlr). Ces émissions sont produites par des sociétés de production en Afrique. En janvier, nous avons lancé «Ambitions», un magazine hebdomadaire qui promeut ceux qui participent à l’entreprenariat en Afrique. Nous lançons aussi «Femmes d’Afrique en action», une galerie de 31 portraits de 4’ dévoilant le parcours de 31 femmes entrepreneures et influentes, qui de par leurs initiatives et leurs actions, jouent un rôle de modèle dans le développement des économies africaines. Vous l’aurez compris, nous lançons des magazines qui touchent tous les publics.