S. RICHARD (Orange) : «La virtualisation de la Livebox amènera à la disparition physique des box»

287

Stéphane RICHARD

Président Directeur Général d’Orange

Orange a réuni jeudi matin plus de 1.000 décideurs, partenaires industriels et journalistes Salle Pleyel à Paris pour leur exposer sa philosophie de l’innovation, «Human Inside». A l’issue de la conférence, média+ s’est entretenu avec Stéphane RICHARD, Président Directeur Général d’Orange.

media+

Axe majeur de la diversification du groupe Orange : Orange Bank, une nouvelle offre bancaire 100% mobile. En quoi marque-t-elle sa différence ?

Stéphane RICHARD

Il s’agit d’une banque qui a été pensée, réfléchie, préparée à la fois par des experts du digital et des spécialistes de l’univers bancaire. C’est la 1ère banque vraiment numérique qui a été construite avec un modèle centré sur l’usage. Le service est à la fois simple, interactif et peut toucher le plus grand nombre d’utilisateurs. Lancée dès le 5 mai auprès de nos salariés, Orange Bank sera disponible le 6 juillet pour le grand public. Le service est gratuit, on ne facturera ni les cartes, ni les comptes et on n’imposera pas de conditions de revenus à nos clients. Nous avons un modèle économique différent de celui des banques traditionnelles puisque nous utilisons nos infrastructures et nos boutiques pour y loger cette activité. Nous créons de la valeur. Ce projet n’est pas destiné à gonfler les résultats d’Orange. Nous avons un business plan qui s’étale sur 10 ans. Avec cette banque nouvelle génération, nous espérons recruter au moins 2 millions de clients d’ici à dix ans.

media+

Quelle est la démarche d’Orange concernant la virtualisation de la Livebox ?

Stéphane RICHARD

La virtualisation de la Livebox correspond au transfert d’une partie des services et fonctionnalités de la box vers des serveurs distants dans le réseau, permettant aux utilisateurs d’y accéder et de les piloter où qu’ils soient. Ce saut technologique, qui va démarrer dès 2018 auprès de certains clients, tend à la suppression physique de la box. La virtualisation permet de s’affranchir des contraintes matérielles et de partager ses données, ses ressources techniques ou ses services, d’une Livebox à une autre, grâce à une connexion sécurisée par Orange.

media+

Qu’en est-il du déploiement du réseau 4G et 5G ?

Stéphane RICHARD

La 4G poursuit son déploiement. Notre taux de couverture de la population française est de quasiment 90% aujourd’hui, ce qui nous place en tête dans cette catégorie. Après, nous travaillons sur la qualité de service. Quant à la 5G, il reste encore des phases de tests et d’expérimentations. Industriellement, le réseau devrait commencer à s’implanter à partir de 2020-2021. La 5G nécessitera du spectre supplémentaire sur des bandes de fréquences que l’on n’utilise pas aujourd’hui dans les télécoms. Il y a tout un processus qui consistera à se faire attribuer ces bandes de fréquences par l’Etat.

media+

TF1 menace de couper son signal dans les box. Comment réagissez-vous ?

Stéphane RICHARD

D’un certain point de vue, je comprends le souhait de TF1. Tout le monde aimerait avoir des revenus supplémentaires, sans charges. Mais où se situe l’intérêt du consommateur dans ce débat ? S’agit-il d’introduire un nouveau modèle économique dans lequel l’utilisateur serait amené à payer pour regarder TF1 ? Il faut être lucide sur les rapports de force. Orange représente 25% de l’audience cumulée de TF1 en France. Pensez-vous raisonnablement qu’une chaîne gratuite dont le modèle économique repose sur la publicité peut, du jour au lendemain, se couper de 25% de son audience ? Je ne crois pas. Il y a donc encore un peu de temps pour la discussion. Je suis impatient de savoir ce que va faire Bouygues Telecom. Je me permets aussi de rappeler que le secteur des télécoms et du câble est l’un des premiers annonceurs publicitaires chez TF1. Par conséquent, soit nous rentrons dans ce sujet avec une attitude respectueuse, constructive et sans ultimatum, soit ce sera la confrontation. Dans ce cas, la réalité des rapports de force ne nous sera pas défavorable.