SACD et SCAM réagissent à la composition du Conseil National du Numérique

191

La SACD et la SCAM regrettent vivement la composition du Conseil National du Numérique centrée autour des opérateurs de réseaux et des éditeurs de services et excluant toute représentation des créateurs. Elles déplorent une composition qui ne permettra pas de mettre sur pied une instance réellement indépendante, pluraliste et représentative des enjeux qui traversent le numérique. L’éviction des consommateurs, des parlementaires comme des créateurs audiovisuels, qui sont naturellement concernés et qui concourent au dynamisme de l’économie numérique, renforce malheureusement la crainte de voir ce Conseil National du Numérique n’être qu’un super-lobby au profit des industriels du numérique. Alors que ce Conseil aurait pu constituer un lieu de débat et de discussion interprofessionnel original, la composition choisie traduit une vision archaïque et dépassée de l’Internet qui ignore ce mouvement largement engagé de convergence numérique. Selon toute évidence, le modèle de concertations ouvertes et globales qu’expriment notamment les accords de l’Élysee de 2007 se trouvera fragilisé par un Conseil qui se veut légitime et exclusif, à défaut d’être représentatif.